Aujourd’hui, je passe plus de temps à lire des livres en version Kindle – sur ma liseuse ou ma tablette, – que de « vrais » bouquins. Il m’a fallu une petite période d’adaptation ; mais maintenant, j’apprécie l’un autant que l’autre.

Je parle régulièrement de ma conversion au numérique (cela fait un peu plus d’un an que je suis infidèle au livre papier traditionnel), et je ne taris pas d’éloges sur ma liseuse à mon entourage.

Pourtant, beaucoup de ceux avec qui j’en discute rejettent ce format profane.

Ils objectent, officiellement, pour des raisons de goût :

  • « Moi, je préfère les de vrais bouquins. Je n’aime pas lire sur numérique. »
  • « Ça ne me dit rien de lire sur liseuse ou tablette. »
  • « Je n’arrive pas à m’y faire. »
  • Etc.

…Mais quand on leur demande s’ils ont essayé, la plupart disent que non. Ça me donne l’impression qu’ils y sont hostiles seulement parce que c’est nouveau pour eux, et qu’ils n’y sont pas habitués (l’être humain n’a jamais trop aimé le changement…)

Okay ! le livre papier a aussi des atouts, et c’est avec lui que nous avons tous appris à lire. Mais il ne s’agit pas de substituer l’un par l’autre. On peut utiliser les deux !

Sans épiloguer davantage, j’aimerais vous donner 7 raisons convaincantes d’adopter le livre en version kindle, en plus de celui classique.

livres en version kindle
7 raisons de lire des livres en version kindle

Facile à transporter

Rendez-vous compte : vous pouvez voyager avec vous toute une bibliothèque, dans votre poche ou votre sac à main.

Pour une personne comme moi, qui lis un nouveau livre tous les 3 à 10 jours, même en déplacement (surtout en déplacement !), et qui a parfois besoin d’avoir ses sources d’informations avec lui pour écrire, c’est SUPERLATIVEMENT utile !

Je peux être n’importe où durant plusieurs semaines sans avoir à trimballer une pléthore de livres dans ma valise. Une liseuse, plus petite qu’un livre de poche, suffit.

C’est une première raison à méditer.

Obscurité-compatible (sur tablette)

J’aime bien lire le soir, pas vous ?

Mais la version papier nous oblige à laisser la lumière allumée, et il y a deux inconvénients à cela :

  1. Il faut donc être seul dans la chambre, pour lire sans déranger personne ;
  2. L’intensité de la luminosité retarde le sommeil (l’hormone de la mélatonine se sécrétant avec l’obscurité).

Mais, avec une tablette, c’est devenu facile et agréable de faire un peu de lecture le soir, dans son lit.

On télécharge l’application Kindle, on éteint la lumière et on se glisse sous la couette, bien au chaud.

Et, bien entendu, on peut régler la luminosité. On peut même télécharger l’application f.lux qui la régule automatiquement.

Autre avantage : on peut lire dehors, le soir à la belle étoile, ou dans une voiture au cours un voyage vespéral.

Rien que pour ça, ça vaut le coup !

La prise de notes

Sur Kindle, il existe une option qui permet de surligner les passages d’un texte et de prendre des notes.

Si vous aimez une formulation d’une phrase, qu’un passage vous inspire, ou que vous souhaitez mettre en exergue des informations intéressantes ou importantes, il vous suffit d’appuyer sur la liseuse avec votre index et de le faire glisser le long de l’extrait choisi pour le surligner.

Vous pouvez aussi ajouter des annotations, des commentaires, des remarques et des réflexions.

En somme, je trouve plus commode d’étudier le contenu d’un livre dans sa version kindle – qu’il s’agisse d’un guide, d’un essai ou d’une œuvre de fiction.

Enrichir son vocabulaire

Par extension, c’est aussi plus pratique pour enrichir son vocabulaire.

D’abord parce qu’on peut surligner les mots inconnus, les relire plus tard, et les noter ailleurs.

Mais surtout parce que la liseuse possède un dictionnaire intégré.

Si vous découvrez un mot dont vous ignorez la définition, il vous suffit d’appuyer dessus, et la définition s’affichera.

C’est quelque chose de véritablement génial.

  • Fini le temps perdu à aller chercher un mot dans le dico…
  • Fini l’époque où l’on renonçait à connaître le sens du mot (ou d’une phrase toute entière), parce qu’on n’avait pas de dico à porté de main…

Vous pouvez trouver la définition en une seconde. Cela permet d’enrichir spontanément son vocabulaire.

Économique

Télécharger le format Kindle d’un bouquin peut aussi s’avérer économique.

En général, la version numérique pour les nouveautés est moins chère, voire beaucoup moins chère, que celle physique.

Par exemple, j’ai pris le premier livre au hasard sur Amazon (et c’est tombé sur le dernier Harry Potter, comme par magie !)

Livres en version kindle

Vous pouvez voir la version papier a 21 €, contre 14,99 € pour celle numérique. C’est 6 euros de différence.

Bon, pas de quoi fouetter un chat et ça reste relativement cher pour un Kindle (mais c’est un Harry Potter – attention !)

Si vous voulez absolument lire une nouveauté avant qu’on ne puisse la trouver  d’occasion pour une poignée d’euros (les livres d’occasion se vendent pour une bouchée de pain), vous pouvez l’acheter sur Kindle dans un premier temps, puis, si vous tenez vraiment à ce que le livre emplisse votre bibliothèque, vous pouvez toujours d’attendre quelques années, quand il se vendra à quelques euros seulement.

En outre, s’il s’avère qu’il ne vous plaît pas, ça fera un livre en moins qui végète sur une étagère.

Mais il y a encore plus intéressant avec les livres en version kindle…

livres en version kindle

Les œuvres littéraires dont l’auteur est mort il y a plus de 70 ans sont du domaine public.

Dixit l’article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle : « L’auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d’exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d’en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l’auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l’année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent. »

De ce fait, vous pouvez accéder gratuitement à la version kindle des grands classiques de la littérature française et étrangère. C’est ainsi que j’ai pu en lire une bonne dizaine.

Ça ne vous empêche pas, évidemment, de les acheter en librairie ou en brocante si vous en avez envie. Mais grâce au Kindle, ça devient optionnel, et c’est toujours ça de gagner contre la déforestation.

Les petits livres en version Kindle auto-édités

Surtout si vous lisez anglais (le marché anglosaxon de l’autoédition est très développé), vous pouvez trouver bon nombre de petits livres pratiques, en général autour de 0,99€ et 2,99€, sur Amazon.

Le plus souvent, ces livres servent à promouvoir les services haut de gamme de leurs auteurs (coaching, séminaires, consultations, etc.)

Ils sont mieux travaillés, mieux écrits, mieux référencés, plus fiables et plus complets que les informations que l’on trouve gratuitement sur le net – wikipédia et compagnie, – tout en restant à des prix très abordables.

Il m’arrive d’en lire, parfois, par plaisir ou pour approfondir mes connaissances sur un sujet spécifique.

On peut les emprunter en illimité avec l’abonnement Kindle Unlimited.

Parce qu’il ne faut pas se laisser dépasser par la technologie !

Faut arrêt de faire le vieux casse-pieds, hein ! On doit vivre avec son temps et accueillir la technologie, plutôt que de la balayer d’un revers de la main en disant que c’était mieux avant.

Le numérique est en plein essor ; il est plus que probable que dans les 10, 20 ou 30 prochaines années, il ait remplacé, totalement ou en partie, le papier – qui sera suranné.

Ce n’est pas nouveau dans l’histoire qu’un support en remplace un autre. Autrefois, on a abandonné la roche pour le papyrus, le papyrus pour le parchemin, et le parchemin pour le papier. Aujourd’hui, on abandonne le papier pour le numérique. Ainsi va l’évolution !

Si vous laissez de côté les nouvelles technologies au lieu que vous y adapter, un beau matin vous risquez d’être complétement dépassé, comme ceux qui sont passés au Smartphone 5 ans trop tard…

Le progrès se fera, avec ou sans vous.

3 Comments

  1. Judith Gagnon 7 mars 2017 at 3 h 01 min

    Malheureusement, je n’ai pas de tablette mais j’ai une liseuse de Sony. Outre le fait que je dois lire avec une lumière encore (j’ai une liseuse sans lumière intégrée comme une tablette) je dois admettre que je ne pourrais plus m’en passer. J’étais moi-même un peu moins sûre au départ. J’aimais beaucoup l’aspect de tenir un livre dans mes mains. Mais force est d’admettre que le plus gros avantage d’une liseuse c’est la quantité de livres que tu peux transporter sans le poid associé.

    Bref, j’adore ma liseuse encore plus depuis que je me rends compte que les bibliothèques mettre une panoplie de livre numérique en service.!

    Reply
    1. Chris Berman - Site Author 7 mars 2017 at 16 h 33 min

      Idem.

      J’étais plutôt septique au départ, mais force est de constater que c’est outil super pratique pour toutes les raisons que j’ai énumérées ci-dessus – et sans doute d’autres encore.

      Reply
  2. Romain Demeyer 16 mars 2017 at 4 h 47 min

    Tout à fait d’accord avec vous, j’ai aussi « adopté » le kindle et j’ai également l’application « kindle » sur mon pc portable. Je trouve le concept de la liseuse très avantageux et prometteur pour les années à venir.
    Et dernière chose, pour ceux qui ont lu l’article sachez que les liseuses « nouvelle génération » sont maintenant rétroéclairés tout comme les tablettes et ordinateurs, il est donc possible de lire avec même le soir, la lumière éteinte. Personnellement je recommande le kindle rétroéclairé plutôt que la tablette ou l’ordinateur pour lire dans le noir, sa luminosité est beaucoup moins agressive pour les yeux ; plus de facilité à dormir ensuite, et moins dangereux pour la vue.

    Reply

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *