Posts in Ecrire

5 qualités que l’on développe en écrivant

En pratiquant un art martial, vous n’apprenez pas seulement à vous battre – à vous servir de vos pieds et vos poids pour écraser le pif de votre adversaire. Non. Vous apprenez d’abord à respecter vos rivaux, à maîtriser vos émotions (la peur, la colère, etc.) et bien d’autres choses encore.

L’art martial n’est, tout compte fait, qu’un canal permettant d’assimiler des leçons de vie et des qualités. Se battre n’est pas ce qu’il enseigne de mieux ; et, quelque part, c’est secondaire. Sinon, aucun parent (bien intentionné) n’inscrirait son gosse au karaté.

Quel rapport avec l’écriture, me direz-vous ?

Eh bien, le même principe s’y applique !

L’écriture à une fonction principale : communiquer. On écrit pour transmettre ses idées, ses pensées, ses connaissances. Mais, par la pratique, on n’améliore pas seulement son aptitude à bien communiquer par écrit. On s’améliore soi-même. On développe des qualités. Ecrire nous rend meilleurs.

Oui, vous allez bien lu. MEILLEUR.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’écrire quelque fatras insipide sur les réseaux sociaux… on parle d’écrire sérieusement, en respectant à minima les règles de grammaire et d’orthographe – pas d’écriture sms.

Il y a une pléthore de qualités que vous pouvez développer en écrivant. Comme des muscles, plus vous vous exercez, plus celles-ci deviennent visibles. Et elles peuvent vous servir dans tous les autres domaines de votre vie.

J’ignore si des études ont déjà été faites à ce sujet…

Quoi qu’il en soi, je préfère relater mon expérience personnelle.

Voilà 5 qualités (parmi d’autres) qu’une pratique régulière de l’écriture m’a apportée, et peux vous apporter.

1) Une meilleure concentration.

Écrire nécessite d’accorder toute son attention à ses pensées, et à la manière de les matérialiser le plus adroitement possible par écrit.

Chaque session (ou presque) vous plonge dans un état profond de concentration, où les idées et les façons de les exprimer viennent plus facilement.

Plus vous pratiquez, plus vite vous vous immergez dans cet état, et êtes capable d’y rester longtemps.

Cela vous aide non seulement à mieux écrire, mais aussi à accomplir d’autres tâches intellectuelles – pour lesquelles vous devez penser, réfléchir, trouver des idées ou des solutions.

2) L’autodiscipline.

Écrire demande une volonté de fer !

J’ai fait pas mal de petits jobs quand j’étais étudiant. Certains étaient difficiles. J’ai fait de la plonge dans un restau universitaire, de la manutention d’objets lourds. Je rentrais chez moi exténué en fin de journée, et je me réveillais avec des courbatures le lendemain.

Mais, de tous, le travail qui demande le plus de volonté, c’est celui d’écrire.

Je n’exagère pas. Écrire est une activité solitaire. On est livré à soi-même, et cela demande de rester enfermé dans une pièce, parfois durant de nombreuses heures, pour se forcer à rédiger, avec ou sans inspiration, un texte au moins intelligible.

Et surtout : NE PAS SE LAISSER DISTRAIRE !

Dès lors qu’on commence à procrastiner, c’est fichu.

Évidemment, il ne s’agit pas du pire gagne-pain que je n’ai jamais eu. Bien au contraire. Pour une personne comme moi (INFJ) c’est le boulot idoine.

Mais, croyez-moi, cela demande parfois de faire appel à beaucoup de volonté.  Coucher deux-mille mots sur le papier peut-être plus pénible que de monter un meuble de 50 kilos seul sur 5 étages.

Les gens qui prennent l’écriture au sérieux et se forcent à écrire apprennent l’autodiscipline.

L’autodiscipline, qui n’est autre que la capacité à faire quelque chose même quand l’on ne ressent pas l’envie de la faire.

3) La créativité.

Ecrire est une activité créative.

Comme pour le dessin, la musique, ou n’importe quel type d’activité artistique, vous développez votre créativité en écrivant !

4) La connaissance.

Quand vous écrivez, vous apprenez aussi !

En fait, c’est même l’une des meilleures manières d’apprendre.

Lire une seule fois une information est rarement suffisant pour la retenir. Pour mémoriser, il est préférable d’écrire (mémoire procédurale), ou mieux encore : écrire pour enseigner aux autres !

Ré-enseigner ce que l’on apprend est une excellente manière de les assimiler. Et, quand vous écrivez, surtout pour d’autres personnes, vous vous relisez plusieurs fois – les phases d’édition et de correction étant toutes aussi importantes (sinon plus) que le premier jet.

La première mouture n’est qu’un brouillon. Elle a un tas de défauts dont vous ne vous rendrez compte qu’en relisant. Elle reste importante, car c’est la base sur laquelle vous allez vous appuyer pour peaufiner la version final – c’est le diamant brut tout juste extrait de la roche que l’on va polir. Mais le gros du travail se fait lors de l’édition.

Cela implique de se relire plusieurs fois. Souvent 2 ou 3 fois. Parfois 5 ou 6 fois, pour les plus consciencieux.

Vous pouvez être sûr qu’une fois votre texte prêt, après l’avoir écrit et relu, vous connaitrez par cœur son contenu !

5) Une meilleure expression orale.

À la base, je ne suis pas un bon orateur. J’irais même jusqu’à dire qu’il y a quelques années encore je m’exprimais assez mal.

À force d’écrire (et de lire) mes structures de phrases parlées se sont améliorées, ainsi que mon vocabulaire. Si bien que beaucoup des gens que je rencontre me complimentent sur ma façon de m’exprimer.

Conclusion

Beaucoup d’autres qualités peuvent être développées par l’écriture. Les résultats varient selon les individus, et, sans doute le genre que l’on écrit (fiction/non-fiction.)

L’idée à retenir, c’est que consacrer un peu de temps à cet exercice, même dans un but purement réactif – comme on irait courir une heure ou deux le dimanche matin, – à de nombreux bienfaits.

Écrire, pour certaines personnes, peut même être une thérapie ! Une manière d’extérioriser ses ressentis, plutôt que de les somatiser.

Si tel n’est pas encore le cas, vous devrirez vous mettre à écrire. D’abord pour vous-même, élargir vos connaissances, le plaisir de partager, travailler sa créativité, etc., etc. Et, pourquoi pas ensuite, pour générer un peu de profit et lier l’utile à l’agréable – en vous autoéditant, en lançant un blog, ou en écrivant sur textbroker, whatever.

Aujourd’hui, peu de gens savent écrire correctement. C’est une compétence en voie de disparition, qui pourtant est de plus en plus appréciée sur le net, par les internautes et les web-entreprises.

Comment enrichir son vocabulaire ?

Selon des estimations, la langue française compterait entre 60 000 et 100 000 mots de vocabulaire.

Difficile de déterminer le nombre exact. Étant une langue vivante, le français reste en constante évolution. Chaque année, elle s’enrichit d’une kyrielle de néologismes et de mots empruntés d’autres langues ou de l’argot.

En outre, une grande partie de ces mots appartiennent au jargon technique d’une science, d’un sport ou d’une profession. D’autres encore sont antédiluviens, et les utiliser hors d’un contexte précis – comme dans un dialogue se déroulant il y a plusieurs siècles – serait maladroit et pédant.

Autrement dit, c’est presque impossible, et encore moins utile, d’en connaître ne serait-ce que la moitié !

D’ailleurs, un français moyen n’en connaîtrait qu’entre 3000 et 3500 seulement…

Ceci dit, pour un écrivain enrichir son vocabulaire est important car chaque mot peut potentiellement être un outil à sa disposition pour retranscrire sa pensée du mieux qu’il le peut.

Plus votre vocabulaire est riche, plus vous êtes à même de faire des descriptions précises, dans un style clair, bref et simple à lire.

Wiliam Zinsser, un de mes mentors, conseillait de ne pas utiliser un verbe accompagné d’un adverbe ou d’un adjectif, quand un autre verbe pouvait résumer la même pensée à lui seul.

Par exemple, il vaut mieux écrire « il me toisa » que « Il me regarda avec mépris. »

⇒ 3 mots au lieu de 5.

Ce n’est que l’économie de deux mots dans une phrase courte ; mais imaginez le gain en fluidité (sans perdre en clarté) en appliquant cette règle sur une phrase ou un paragraphe long. Encore faut-il connaître ces verbes…

Par extension, cette règle s’applique aussi aux noms.

Le mot bruine remplace une petite pluie très fine ; il raccourcit la description, et la retranscrit avec une meilleure précision.

Ainsi, dans son parcours d’écrivain, amateur ou non, la démarche de retenir un plus grand nombre possible de mots utiles, pour de les réutiliser, permet de mieux écrire.

Plus vous connaissez de mots et  mieux c’est ! Mieux vaut connaître des mots qui résument bien sa pensée, que d’avoir à la compléter par d’autres – des adverbes ou des adjectifs.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’en abuser non plus !

Suivant l’audience que vous visez, préférer des mots soutenus peut même être contre-productif…

Si vous écrivez des articles pour des ados sur internet, ne vous attendez pas à ce qu’ils fassent l’effort de regarder dans le dictionnaire toutes les 2 minutes pour savoir ce que signifie tel ou tel mot. Ils vont simplement se désintéresser de vos articles, parce que c’est du charabia pour eux.

Il faut prendre en compte ceux pour QUI vous écrivez.     

Mais c’est mieux d’avoir un maximum de mots en sa connaissance ; ne serait-ce que pour avoir le choix de les utiliser.

Découvrir des mots et les retenir

enrichir son vocabulaire mots de vocabulaire apprendre vocabulaire mieux écrire devenir écrivain roman

Enrichir mon vocabulaire est plus qu’une option, c’est une mission.

On dit que le meilleur moyen d’élargir son vocabulaire est de lire.

C’est en partie vrai…

Mais si, en lisant, vous vous contentez de vérifier furtivement la définition des mots sans chercher à les retenir, ce sera peu efficace.

D’abord, vous devez avoir soif de nouveaux mots ! Avoir envie d’élargir votre vocabulaire. C’est le prérequis sans lequel lire aura peu d’effectivité.

Ensuite, vous devez intégrer ses nouveaux mots, avec leur définition, dans votre mémoire.

Si cela était faisable juste en les lisant une fois, ce serait génial… Mais, croyez-moi, ça n’arrive (presque) jamais !

La mémoire est capricieuse (la mienne l’est tout du moins.)

Le plus souvent, il faut revoir le mot et sa définition plusieurs fois avant de l’assimiler et de pouvoir le réutiliser spontanément quand on écrit.

Donc, voilà ce que je fais :

>1) Dès que je lis ou entends un nouveau mot de vocabulaire, je le note quelque part.

Le plus souvent sur mon Smartphone ou un petit calepin.

Si je n’ai pas de dictionnaire à portée de main, j’attends d’être chez moi pour vérifier sa définition.

>2) Je sais que je n’aurai jamais le temps de retenir chaque mot de la langue française, alors si le mot me semble « utile » à retenir – c’est-à-dire que j’aie de grandes chances de pouvoir le réutiliser plus tard, à l’écrit ou à l’oral, – je le recopie sur une fiche avec sa (ou ses) définition(s).

>3) Une fois la fiche remplie de mots avec leurs définitions, je la scotche sur un mur de mon bureau réservé à cet usage, mon « mur de vocabulaire », bien en évidence, avec les autres fiches déjà remplies, pour les relire plusieurs fois journellement.

Cette technique m’a était inspirée par le roman de Jack London, Martin Eden, qui relate le parcours d’un marin qui devient écrivain autodidacte.

Ok, c’est une décoration qui paraîtra très originale pour vos invités. Vous y gagnerez peut-être quelques questions et des moqueries amicales. Mais mettez votre ego de côté et n’ayez pas peur de leur jugement. Beaucoup trouveront cette démarche plutôt cool au final.

>4) Dernière étape (la plus dure et la plus importante) : prenez le réflexe de réviser vos fiches au moins une à deux fois par jour.

Avec la répétition quotidienne, vous finirez par intégrer TOUS les mots inscrit sur votre mur ! Croyez-moi, le cerveau retient très bien les informations auxquelles il est exposé régulièrement.

La difficulté ici, c’est que vous risquez de laisser tomber ces révisions par indolence, comme certains laissent leur nouvel accessoire de musculation dans leur placard après l’avoir utilisé quelques fois. C’est l’erreur à éviter !

J’en sais quelque-chose : après avoir commencé à remplir mon mur de fiches, j’ai complètement cessé de les consulter !

J’ai finalement trouvé la bonne astuce pour prendre l’habitude de les relire deux fois par jour.

Plutôt que d’essayer d’intégrer cette révision comme une habitude indépendante, associez-la à une autre habitude déjà en place !

Par exemple : chaque matin, je prenais tranquillement mon café en me faisant quelques pas dans mon bureau, histoire de sortir de mon sommeil avant de me mettre au travail.

Alors plutôt que de boire oisivement mon café, j’ai commencé à lire mes fiches en même temps.

Maintenant, chaque matin quand je me sers le café, je vais vers mon mur de vocabulaire pour le boire en consultant mes fiches. Et je réitère la même chose le soir en me brossant les dents.

En associant cette révision à des habitudes déjà en place, vous attraperez plus facilement ce réflexe de consulter votre mur plusieurs fois par jour.

Ensuite, il ne restera plus qu’à remplacer les fiches de vocabulaire que vous connaissez par cœur par des nouvelles !

Notez aussi que vous pouvez faire exactement la même chose avec des règles de grammaire, le vocabulaire d’autres langues, ou toutes autres informations que vous voulez retenir.

Pourquoi vous devez TOUJOURS vous relire (et vous faire relire) ?

  • Fautes de frappe, d’accord, d’orthographe, de conjugaison, de grammaire ;
  • Oubli de mots ;
  • Répétitions ;
  • Phrases pompeuses  ou bancales ;
  • Etc., etc.

Lorsque nous écrivons, nous faisons TOUS un tas de « coquilles. »

Et le plus souvent, même après plusieurs relectures – nous ne réussissons pas à toutes les corriger. J’ai pu constater cela maintes fois.

Récemment encore, en faisant lire un ebook que j’ai rédigé à un ami, celui-ci a trouvé quelques fautes et oublis de mots – principalement de conjonctions – dispersées çà et là dans les 180 et quelque pages de texte.

Rien de terrible évidemment. Beaucoup – sinon toutes – seraient passées inaperçues aux yeux de lecteurs.

Mais, ce qui m’a surpris, c’est que j’avais consacré beaucoup de temps pour la relecture de cet ebook.

En tout et pour tout, j’ai dû faire 5 ou 6 relectures, et corriger des centaines d’erreurs.

Pire encore : je l’ai fait relire et corriger par deux autres personnes. Par mon partenaire sur ce projet tout d’abord, puis par un correcteur que j’avais embauché.

Ces précautions n’ont pourtant pas suffi. Mon ami, en une lecture, a repéré une bonne dizaine de coquilles.

Cet ami (blogueur), plutôt doué pour repérer les fautes, a également rédigé un ebook dans la même période. J’ai eu l’occasion de le lire aussi. Et devinez…

J’ai remarqué quelques petites fautes, répétitions et phrases mal faites.

Comme pour moi, il a édité et corrigé sérieusement son travail, mais ça n’a pas suffi.

Voilà où je veux en venir : il est TRES difficile d’éviter de laisser ce genre d’erreurs dans ses écrits.

C’est pour cela qu’il ne faut JAMAIS négliger la relecture, ni publier, poster ou envoyer à un client, un texte sans l’avoir :

(1) relu soi-même, attentivement et plusieurs fois ;

(2) fait relire par au moins une personne compétente pour repérer les erreurs dans la rédaction. 

Lorsque j’ai terminé la rédaction d’un nouvel article ou d’un nouveau projet, je l’édite et le corrige une, deux ou trois fois (quelques fois même plus), en fonction de son importance et des modifications que j’effectue à chaque relecture. Puis je l’envoie à une personne de confiance, voire deux, pour me relire et me corriger. Enfin, je le relis une ultime fois.

Plus le texte est long, plus la correction est importante.

correction texte relecture relireJe sais ; c’est chronophage et peu stimulant de relire plusieurs fois des textes longs…

Mais, c’est justement parce qu’ils sont longs qu’ils doivent être revus encore plus sérieusement. Parce qu’il est bien plus difficile de rester parfaitement concentré durant plusieurs heures sur une correction.

  • Si un texte demande moins 20 minutes à être lu, il y a fort à parier qu’une ou deux relectures suffiront.
  • Mais s’il faut plusieurs heures, vous trouverez peut-être encore quelques fautes après la quatrième ou cinquième relecture. Et même ensuite, un bon correcteur en dénichera certainement quelques-unes.

En outre, j’aime me relire plusieurs fois, et me faire relire :

  1. Parce que cela me permet de faire de nouveaux ajouts et quelques modifications pour rendre ma copie meilleure et plus claire.
  2. Parce que cela me donne bonne conscience avant de soumettre mon travail à mon client ou à mon audience.

Cela m’assure qu’il ne reste plus de fautes, plus de phrases mal rédigées, que tout est bien écrit.

Parfois, il suffit d’une erreur (un verbe mal conjugué, une mauvaise concordance de temps ou un mot répété deux fois dans une même phrase) pour que votre travail tout entier soit discrédité.

Alors mieux s’assurer – et plutôt deux fois qu’une – qu’il n’y en ait plus.

Le MindMap pour écrire

On commet souvent l’erreur de croire qu’il suffit d’avoir de l’inspiration pour écrire. Mais il est rare de réussir à rédiger spontanément un texte parfait de bout en bout, simplement en ouvrant son logiciel de traitement de texte et en laissant aller ses doigts sur les touches du clavier.

D’ordinaire, si un texte est clair et facile à lire c’est qu’il a été difficile à écrire pour son auteur.

« Ce qui est agréable à lire est difficile à écrire ! »

À moins d’être très à l’aise avec le sujet, d’avoir eu l’occasion de le traiter maintes fois à l’oral ou à l’écrit, et qu’il ne soit ni trop long ni trop complexe, un travail préparatoire est indispensable.

Évidemment, je parle principalement d’écriture non fictionnelle. Écrire de la fiction peut-être quelque peu différent. Quoi qu’il soit aussi utile de prendre des notes avant de s’atteler à écrire un roman ou une nouvelle.

Conseil : avant d’écrire, faites un brainstorming et élaborez un plan. L’écriture a besoin d’idées et d’organisation, comme une voiture a besoin d’essence et d’huile – sinon c’est la panne sèche assurée en cours de route !

Penser VS réussir

Il y a un gouffre entre penser avoir quelque chose d’intéressant à écrire et réussir à l’écrire ensuite. Et le pont qui joint les deux n’est pas seulement votre talent. C’est aussi, et surtout, la préparation dont vous faites preuve avant de commencer à rédiger.

S’il vous arrive de penser tenir un bon sujet entre les mains, puis vous sentir bloquer au moment de l’écrire, c’est probablement pour cette raison. Ce qu’on appelle la « panne de l’écrivain » est moins souvent due à l’inspiration qu’à la préparation.

Sachez néanmoins qu’avec la bonne méthode, le travail préparatoire peut être à la fois rapide et simple.

Cela n’a rien de rébarbatif. Trouver des idées et les organiser peut être tout aussi plaisant qu’écrire ; et il existe un outil très intéressant qu’on peut utiliser à cet effet. Le Mind Map.

C’est le sujet de cet article.

Le Mind Map pour écrire

Mind Map, Mindmap, mindmapping, mind mapping

Tout ne s’apprend pas à l’école, on le sait déjà. Mais quel dommage qu’aucun professeur ne nous ait jamais appris à utiliser le Mind Mapping pour disserter ou mémoriser nos cours !

C’est pourtant un outil franchement efficace…

Grâce au Mind mapping :

  • vous ferez facilement l’inventaire des idées et connaissances qui vous viennent à l’esprit ;
  • il sera plus simple de les trier et de leur donner un ordre logique, pour construire la structure d’un texte ;
  • vous pourrez aisément ajouter de nouvelles idées et des compléments d’information, que vous trouverez çà et là dans des livres, des documents ou sur internet, pour compléter votre plan ;

Ensuite, il ne vous restera plus qu’à tout retranscrire par écrit.

Ce n’est pas toujours utile de s’attarder sur un mindmap avant d’entamer la rédaction. Parfois, il suffit de noter quelques idées, puis se mettre à écrire pour que tout vienne spontanément.

Cependant :

  • moins vous vous sentez à l’aise avec un sujet ;
  • plus il est complexe, demande de la réflexion, nécessite de convaincre son audience ;
  • plus il est long, demande d’être fragmenté en parties, chapitres, sections et sous-sections…

…Plus il sera essentiel d’en faire usage !

Je peux en témoigner ; de très nombreuses fois, mon logiciel de Mindmap m’a été d’une aide précieuse pour clarifier mes pensées, faire ressortir mes idées, réfléchir, organiser mon plan et fluidifier mon écriture.

Plus ce que nous écrivons est difficile à traiter, plus le Mindmap peut s’avérer utile.

Qu’est-ce qu’un MindMap ?

Après en avoir vanté les mérites, sans doute est-il judicieux de le définir plus en détail.

Je décrirais le Mindmap comme une méthode de prise de notes sous forme schématique.

Cela ressemble, je trouve, à un arbre en vue aérienne, avec son tronc — le thème centrale — et ses branches — les idées, sous-idées, exemples, références, etc.

C’est le psychologue britannique, Tony Buzan, spécialisé dans l’apprentissage et la mémorisation, qui l’a conceptualisé.

Je ne m’attarderai pas davantage sur les origines du Mindmap, ni sur les raisons qui en font un outil remarquable. Vous pouvez déjà trouver ces informations un peu partout sur internet.

À titre personnel, je n’ai rien découvert de mieux pour la préparation d’un article ou d’un livre.

Je recense mes idées, trouve des exemples et des métaphores pour les illustrer. J’identifie les sources supplémentaires dont j’ai besoin. Je raisonne et clarifie mes pensées, etc. Tout cela facilement, en esquissant un Mindmap (bien plus qu’avec une prise de notes « traditionnelle », linéaire.)

Du reste, je me contenterai de vous donner quelques conseils pratiques pour vous initier. Ainsi, vous pourrez tester cet outil, en évaluer vous-même l’efficacité, et l’adopter ou pas.

1)  Sélectionnez le logiciel qui vous convient

Il est possible de faire des Mindmaps sur une feuille de papier.

Mais, à l’instar du traitement de texte, c’est bien plus rapide et pratique d’utiliser un logiciel.

Il en existe plusieurs sortes.

  • Certains sont « online » ;
  • certains sont gratuits (avec une formule « pro » en option), d’autres payants ;
  • certains sont simples d’utilisation mais manquent d’options comparés à d’autres, plus complexes mais munis de nombreuses fonctionnalités.

C’est essentiel de trouver celui qui vous correspond ; celui avec lequel vous vous sentirez à l’aise pour la prise de note, et que vous aimerez utiliser.

Un bon logiciel vous aidera à vous familiariser avec l’outil, alors n’hésitez pas à en tester plusieurs ; autant qu’il en faudra.

À titre personnel, j’utilise XMind.

Je le trouve simple à utiliser, le design n’est pas dégeu’, vous pouvez utiliser des modèles sympa, et il est gratuit. C’est amplement suffisant pour moi, mais je peux tout à fait concevoir qu’il puisse ne pas être du goût de tout le monde. Certains préféreront peut-être un logiciel qui présente mieux le Mindmap, ou avec davantage d’options.

Le mieux reste encore d’explorer les différentes options qui sont proposées sur le net, d’essayer quelques logiciels différents jusqu’à trouver celui qui vous convient le mieux.

2)  La prise de notes sur MindMap

Si vous avez bien choisi le logiciel, la prise de notes sur Mindmap devrait être simple.

(a) Quand vous souhaitez écrire sur un nouveau sujet, vous ouvrez votre logiciel pour le noter dans la bulle centrale.

(b) Ensuite, inscrivez les idées et sous-idées qui vous viennent pèle-mêle à l’esprit. Il peut tout aussi bien s’agir d’information, d’arguments, d’exemples sous forme d’anecdotes ou de métaphore, etc. N’ayez pas peur de noter « en vrac » tout ce qui vous vient à l’esprit. Vous pouvez les noter sous forme de phrases, de mots-clés ou même mettre une image ou une photo qui renvoie à cette idée.

(c) Ensuite, triez-les, déplacez-les avec votre curseur, ajoutez de nouvelles idées ; jouez avec le mindmap.

Grâce au Mindmap, vous pouvez transcrire schématiquement l’équivalent d’environ un millier de mots en moins d’une dizaine de minutes. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à tout retranscrire par écrit.

mindmap ; mind map ; mind mapping ; mindmapping

3)  Retranscrire

Enfin, il ne vous reste plus qu’à recopier le contenu de chaque branche et rédiger les phrases qui véhiculent vos pensées.

Une fois le texte écrit en entier, il ne reste plus qu’à l’éditer pour le peaufiner et le rendre le plus facilement lisible possible.

Illustration

À simple titre d’illustration, imaginons que je décide de traiter le sujet de « l’importance du sport pour la créativité. »

Je commencerais par inscrire le sujet dans la bulle centrale, et noter tout ce que j’ai envie d’écrire et qui me passe par la tête…

  • C’est prouvé scientifiquement : le sport c’est bon pour le cerveau !
  • L’oxygénation
  • Rend de bonne humeur (sport = antidépresseur naturel)
  • Des idées me viennent souvent quand je cours.
  • Etc, etc.

Voilà mon mindmap :

mind map ; mindmap ; Mind ; mindmapping ; mapping

Ce sont les premières idées que m’évoquent le sujet en y réfléchissant quelques minutes. Mais rien qu’avec cela, il y a déjà matière à écrire un bon article de plusieurs centaines, voire milliers de mots, sur le sujet.

Conclusion

Si vous êtes amené à écrire souvent, je vous recommande vivement d’utiliser le MindMap.

Vous aurez à trouver un bon logiciel, apprendre à prendre des notes sur ce type de support et à retranscrire vos notes ; mais ensuite il deviendra beaucoup plus simple de préparer la rédaction de vos textes, comparé à la manière « traditionnelle » linéaire que nous connaissons. Ce sera aussi plus rapide et agréable.

Un autre bénéfice qui mérite d’être cité, c’est que le mindmap peut aussi être utilisé pour mémoriser des informations : le contenu d’un livre, d’un cours ou d’une formation, etc.

Une raison de plus pour s’en servir !

Chris