Searched for

Combien de temps faut-il pour écrire un article ? (ou toute autre chose.)

En voilà une bonne question ! Une qu’on est forcément amené à se poser, à un moment, dans une carrière d’écrivain freelance ou de blogueur.

Parce que, quand ça devient une profession, il faut savoir allier deux éléments qui s’opposent par essence.

  • La qualité – car personne n’appréciera vous lire si vous écrivez comme une patate.
  • La rapidité – puisque mettre une plombe à rédiger n’est pas rentable ; sauf en échange d’une grosse commission. Être écrivant indépendant, c’est certes cool ! Mais si c’est pour un revenu deux fois inférieur au SMIC horaire, ça le devient beaucoup moins.

La qualité prend du temps, et pour écrire quelque chose qui vaut la peine d’être lu vous devez en investir.

Mais, comme l’a dit feu Benjamin Franklin, le temps c’est de l’argent, et plus vous en passez à rédiger, moins écrire devient une activité rentable.

La tension entre « rémunération » et « satisfaction »

L’interrogation vient de la tension qu’il existe entre rémunération et satisfaction (du client et/ou du lecteur.)

Comme les écrivains freelances et les blogueurs professionnels ne touchent pas un revenu calculé sur une base horaire, il y a conflit d’intérêts.

Prenons le cas du Freelance ; le plus souvent, celui-ci est payé à la prestation.

Par conséquent, il touchera la même somme d’argent sur un projet, qu’il y passe 20 minutes ou une dizaine d’heures.

Ça signifie que plus il est véloce et plus son activité est lucrative.

Il ne peut cependant pas se permettre de dégurgiter un fatras confus à la va-vite, la qualité de son travail étant jugée.

Ce qui permet à sa petite affaire de fonctionner, c’est avant tout la satisfaction de sa clientèle.

Pas la prospection, ni les sites de sous-traitance, ni même le super blog pro bien soigné ! La satisfaction de sa clientèle !

Parce qu’un client satisfait est un client qui revient, et qui vous recommande à ses copains entrepreneurs.

Si vous scribouillez pour gagner du temps, vous allez devoir changer de job à court ou moyen terme. Personne ne voudra vous réembaucher ni vous recommander.

Et c’est à peu près le même principe pour le blogueur. Le manque de qualité de ses articles se traduira par un manque d’engagement des visiteurs, moins de partages, moins de bouche à oreille.

Il faut donc trouver le bon écueil entre vitesse et qualité.

Donc, combien de temps faut-il pour écrire un article ?

L’interrogation, Combien de temps faut-il pour écrire un article ? traduit généralement l’inquiétude de passer trop temps à écrire (et pour trop peu) d’un côté, et de ne pas s’impliquer assez pour produire de la qualité de l’autre.

En vérité, il n’y a aucune réponse à cette question. Ou du moins, aucune réponse précise, quantifiable en temps.

  • Combien de temps faut-il pour écrire un article ?

Je dirais : assez pour que ce soit satisfaisant, et le moins possible à la fois.  

  • Comment faire ?

Réponse ci-dessous.

Préparez la rapidité, travaillez la qualité !

La rapidité se prépare ; la qualité se travaille.

Quand vous écrivez, vous devez être avant tout concentré sur la qualité, et ne pas vouloir aller le plus vite possible. Ce n’est pas une course contre-la-montre.

Vous devez privilégier la valeur, quitte à y investir le temps nécessaire.

Là où, surtout, vous pouvez améliorer votre vitesse, c’est en organisant bien vos sessions.

On ne gagne pas (ou peu) de temps en voulant écrire vite. Au contraire, on risque de se mettre trop de pression et annihiler son inspiration.

Vous pouvez, bien sûr, apprendre à mieux dactylographier pour coucher plus rapidement vos idées sur le papier. Mais votre vitesse d’écriture dépend surtout de ce que vous faites avant d’avoir commencé à taper sur le clavier.

S’organiser pour devenir plus rapide

Voici une liste (non exhaustive) de conseils qui m’ont permis d’accélérer ma vitesse d’écriture, sans nuire à la qualité de mes articles.

  • (1) Écrire aux bonnes heures.

J’ai déjà évoqué cette idée dans plusieurs articles (voir : le syndrome de la page blanche n’existe pas).

À certains moments de la journée, vous êtes motivé et inspiré.

Vous avez de l’énergie. Vous parvenez à atteindre un niveau de concentration optimal. Vos pensées sont claires et viennent spontanément.

Durant cette période, vous êtes plus efficace.

C’est pourquoi beaucoup d’écrivains se lèvent très tôt, entre 4 et 6 heures du matin. C’est à ces moments-ci qu’ils écrivent le mieux.

D’autres, à l’inverse, attendent jusque tard dans la soirée. Sans doute plus connu d’entre eux, Honoré de Balzac, passait ses nuits entières à écrire.

La toute première résolution que vous devriez prendre est d’identifier vos temps forts ; puis, organiser vos sessions en conséquence.

  • (2) Cultiver son enthousiasme.

Entretenir son enthousiasme est impératif.

Pourquoi ? Parce que l’enthousiasme est une source : d’énergie ; de motivation ; de détermination. En bref, que de bonnes choses pour écrire vite et bien. Alors qu’en manquer provoque souvent l’indolence et la résignation.

Comment conserver son enthousiasme ?

  1. Avoir, a minima, des objectifs et une vision claire et motivante des conditions dans lesquelles on veut être dans l’avenir.

Et, mieux encore, avoir une « Mission » ; c’est-à-dire donner un sens et un but (plus qu’un simple objectif !) à travers l’écrite.

Cela peut-être : promouvoir et enseigner une doctrine philosophie ; lutter pour une cause ; avoir un impact positif sur la vie de milliers de personnes ; etc.

Avoir des objectifs, une vision claire de ce que l’on souhaite, et une mission, permettent de garder en tête les raisons pour lesquelles chaque jour on « saigne sur le papier » – comme le disait Hemingway.

2. Pensez positivement.

La négativité est l’une des pires tares de l’écrivain.

Il y a de bon et de mauvais jours.

Des jours où l’on y arrive facilement, et d’autres où l’on a du mal. C’est normal.

Mais, quand ça va moins bien, on peut se sentir frustré par son manque de productivité. Et la négativité qui en découle, dans ses émotions comme dans ses soliloques, nous démotive encore davantage.

Dans ce cas, il faut savoir se rappeler :

  1. Que rien n’est toujours agréable et facile, qu’il faut faire avec et écrire malgré tout ;
  2. De la chance que l’on a de vivre d’une activité qui nous plaît ; pourquoi on a choisi d’écrire, les avantages que cela confère (la liberté, l’enrichissement personnel, etc.), et ressentir de la gratitude pour cela.

Prendre quelques dizaines de minutes pour faire ces rappels regonfle son enthousiasme à bloc.  Cela redonne l’impulsion suffisante pour finir les tâches les plus pénibles.

  • (3) Se ménager.

Ménagez-vous : faites de bonnes pauses, accordez-vous une journée ou un week-end de repos de temps en temps.

Cela conservera votre plaisir, et par extension, votre enthousiasme.

Cet élément, l’enthousiasme, n’a peut-être l’air de rien ; mais, croyez-moi, il fait une sacrée différence !

  • (4) Organiser ses sessions juste avant.

Que vos sessions d’écriture durent 20 minutes ou une heure entière, vous devez savoir l’organiser – de sorte à être bien concentré sur ce que vous notez.

Il est impossible d’atteindre le niveau de concentration nécessaire pour écrire quand on s’interrompt, ou qu’on est interrompu, fréquemment.

  • Si vous travaillez chez vous et cohabitez avec une ou plusieurs personnes, faites-leur comprendre que votre session est sacrée. Dites-leur qu’ils doivent rester silencieux et ne pas vous déranger. En dehors de vos sessions, vous pouvez leur donner toute votre attention ; mais pendant, vous devez vous focaliser sur une seule et même chose : écrire.
  • Toujours, avant de commencer, retirez toute source de distraction possible. Coupez internet et la sonnerie de votre téléphone, nettoyez votre bureau, éteignez votre télévision, débranchez votre frigo (si son ronflement vous dérange), etc., etc.
  • De même, occupez-vous de tout ce que vous avez à faire AVANT : aller aux toilettes ; se servir un café ; grignoter ; boire ; mettre ses notes à portée de main. Ainsi, vous ne serez pas tenté de vous interrompre en pleine séance d’écriture.
  • (4) Faites-vous à l’idée que le premier jet est une ébauche, rien de plus !

Parmi tous les conseils que j’ai pu trouver çà et là dans mes lectures, deux m’ont particulièrement aidé.

Un premier de Lisa Scottoline qui disait :

« Autorisez-vous un mauvais premier jet. »

Et un second, de Wiliam Zinsler :

« Le secret d’une bonne écriture, c’est la réécriture ».

J’écris mes premiers jets assez vite. Pour vous donner une idée, il me faut entre 30 minutes à une heure pour rédiger un article comme celui-ci (d’environ 2000 mots), à condition bien sûr de maîtriser suffisamment mon sujet.

Mais, paradoxalement, je ne suis pas rapide – ou, tout du moins, je ne me trouve pas rapide.

La seule raison pour laquelle je trousse la mouture originelle de mes articles si vite, c’est parce que je me soucie peu de sa qualité (surtout rédactionnelle). Pas encore. J’écris sans revenir en arrière, sans chercher à faire une ébauche parfaite.

Si, comme beaucoup d’amateurs, je me mettais à relire chaque ligne et à la modifier plusieurs fois, je n’en finirais pas ! En plus, ça n’aurait pas grand intérêt… Peu importe les efforts qu’on fournit à la première version, on retire, rectifie, et ajoute TOUJOURS des phrases à chaque réécriture.

Chaque chose en son temps !

On se rend réellement compte des défauts de son texte lorsqu’on le relit à froid. Jamais pendant sa rédaction initiale.

Si je passe 20 minutes à bricoler un paragraphe pour qu’il soit parfait, puis, qu’après relecture, je m’aperçois qu’il n’apporte rien à mon article et qu’il vaut mieux le supprimer : ces 20 minutes auront été perdues ! Et, si je fais la même erreur avec 6 autres paragraphes, c’est un temps considérable que je gâche…

Autant faire des phrases et des paragraphes qui transmettent à peu près correctement ses conseils, idées, arguments, illustrations, puis, vérifier s’ils méritent d’être mieux travaillés, plutôt que de vouloir que sa première version soit parfaite.

Vouloir une première version parfaite est une perte de temps !

Lors de la relecture, vous pourrez être plus perfectionniste. Parce qu’à cette étape, vous aurez déjà produit une bonne partie du contenu. Il ne restera plus qu’à mettre cette partie sous une forme plus claire, concise et harmonieuse, et faire quelques rajouts si nécessaires.

C’est beaucoup plus rapide de se concentrer sur une de ces deux étapes à la fois : (a) rédiger le contenu d’abord (b) le parfaire.

En général, après 2 ou 3 relectures, les ajouts et modifications essentielles auront été apportés ; l’article sera prêt à être publié, et, hormis quelques phrases qui pourront être mieux écrites et quelques coquilles (que vous pourrez faire corriger par quelqu’un d’autre), une relecture supplémentaire sera vaine.

(Nb : pour information, j’ai relu cet article 3 fois en tout.)

La loi de Parkinson

Enfin, il existe un principe que, selon moi, tout écrivain doit connaître.

C’est la loi de parkinson.

J’ai découvert cette loi dans un livre de Brian Tracy sur la gestion du temps.

Elle stipule que plus vous vous accordez de temps pour exécuter une tâche, plus vous en prenez pour l’accomplir.

En d‘autres termes, si vous envisagez de rédiger un article en 2 heures, vous aurez beaucoup de chances de le terminer durant ces 2 heures imparties – à condition qu’il s’agisse d’un délai raisonnable. Tandis que, si vous prévoyez tout votre après-midi pour l’écrire, vous y passerez probablement tout votre après-midi.

C’est une loi qui semble plutôt étrange de prime abord. Mais, très souvent, elle se vérifie :

  • Quand vous vous fixez une certaine durée pour accomplir une tâche (exemple : une heure), en général vous parvenez à la finir dans ce délai, ou, parfois, un peu après l’avoir dépassé.
  • Mais, quand vous vous accordez beaucoup de temps pour réaliser cette tâche (exemple : la journée entière !), vous ne vous pressez pas, et vous y passez tout ce temps donné.

Rappelons-nous nos devoirs à l’école : la plupart d’entre nous, quand nous avions une dissertation à rendre et toute une semaine la faire, nous nous débrouillions toujours pour la finir au dernier moment.

Il est plus facile d’être productif avec une contrainte de temps, que sans ! Ne s’imposer aucune limite de temps incite à atermoyer, à prolonger l’exécution de la tâche.

Si vous vous donnez un délai pour écrire un article, vous serez plus à même de prendre votre session au sérieux, bien vous concentrer, rester assez longtemps.

Comme je l’ai dit plus haut, il ne s’agit pas de se mettre la pression ou de considérer l’écriture comme une course contre-la-montre !

En revanche, garder en tête l’idée qu’on a tout son temps nuit à la fois à notre rapidité et qualité. Parce qu’écrire réclame de la rigueur, beaucoup de rigueur.

Donnez-vous, donc, un délai à chaque fois que vous écrivez ou éditez votre travail.

Et, bien entendu :

  • Un délai réaliste, que vous pouvez atteindre sans avoir à être hyper performant (l’objectif n’est pas de se mettre la pression.)
  • Ne vous mettez pas la pression pour le respecter coûte que coûte. Si vous vous rendez compte que vous ne pourrez pas honorer ce délai, prolongez-le.

-Chris Berman

7 raisons de lire des livres en version Kindle

Aujourd’hui, je passe plus de temps à lire des livres en version Kindle – sur ma liseuse ou ma tablette, – que de « vrais » bouquins. Il m’a fallu une petite période d’adaptation ; mais maintenant, j’apprécie l’un autant que l’autre.

Je parle régulièrement de ma conversion au numérique (cela fait un peu plus d’un an que je suis infidèle au livre papier traditionnel), et je ne taris pas d’éloges sur ma liseuse à mon entourage.

Pourtant, beaucoup de ceux avec qui j’en discute rejettent ce format profane.

Ils objectent, officiellement, pour des raisons de goût :

  • « Moi, je préfère les de vrais bouquins. Je n’aime pas lire sur numérique. »
  • « Ça ne me dit rien de lire sur liseuse ou tablette. »
  • « Je n’arrive pas à m’y faire. »
  • Etc.

…Mais quand on leur demande s’ils ont essayé, la plupart disent que non. Ça me donne l’impression qu’ils y sont hostiles seulement parce que c’est nouveau pour eux, et qu’ils n’y sont pas habitués (l’être humain n’a jamais trop aimé le changement…)

Okay ! le livre papier a aussi des atouts, et c’est avec lui que nous avons tous appris à lire. Mais il ne s’agit pas de substituer l’un par l’autre. On peut utiliser les deux !

Sans épiloguer davantage, j’aimerais vous donner 7 raisons convaincantes d’adopter le livre en version kindle, en plus de celui classique.

livres en version kindle
7 raisons de lire des livres en version kindle

Facile à transporter

Rendez-vous compte : vous pouvez voyager avec vous toute une bibliothèque, dans votre poche ou votre sac à main.

Pour une personne comme moi, qui lis un nouveau livre tous les 3 à 10 jours, même en déplacement (surtout en déplacement !), et qui a parfois besoin d’avoir ses sources d’informations avec lui pour écrire, c’est SUPERLATIVEMENT utile !

Je peux être n’importe où durant plusieurs semaines sans avoir à trimballer une pléthore de livres dans ma valise. Une liseuse, plus petite qu’un livre de poche, suffit.

C’est une première raison à méditer.

Obscurité-compatible (sur tablette)

J’aime bien lire le soir, pas vous ?

Mais la version papier nous oblige à laisser la lumière allumée, et il y a deux inconvénients à cela :

  1. Il faut donc être seul dans la chambre, pour lire sans déranger personne ;
  2. L’intensité de la luminosité retarde le sommeil (l’hormone de la mélatonine se sécrétant avec l’obscurité).

Mais, avec une tablette, c’est devenu facile et agréable de faire un peu de lecture le soir, dans son lit.

On télécharge l’application Kindle, on éteint la lumière et on se glisse sous la couette, bien au chaud.

Et, bien entendu, on peut régler la luminosité. On peut même télécharger l’application f.lux qui la régule automatiquement.

Autre avantage : on peut lire dehors, le soir à la belle étoile, ou dans une voiture au cours un voyage vespéral.

Rien que pour ça, ça vaut le coup !

La prise de notes

Sur Kindle, il existe une option qui permet de surligner les passages d’un texte et de prendre des notes.

Si vous aimez une formulation d’une phrase, qu’un passage vous inspire, ou que vous souhaitez mettre en exergue des informations intéressantes ou importantes, il vous suffit d’appuyer sur la liseuse avec votre index et de le faire glisser le long de l’extrait choisi pour le surligner.

Vous pouvez aussi ajouter des annotations, des commentaires, des remarques et des réflexions.

En somme, je trouve plus commode d’étudier le contenu d’un livre dans sa version kindle – qu’il s’agisse d’un guide, d’un essai ou d’une œuvre de fiction.

Enrichir son vocabulaire

Par extension, c’est aussi plus pratique pour enrichir son vocabulaire.

D’abord parce qu’on peut surligner les mots inconnus, les relire plus tard, et les noter ailleurs.

Mais surtout parce que la liseuse possède un dictionnaire intégré.

Si vous découvrez un mot dont vous ignorez la définition, il vous suffit d’appuyer dessus, et la définition s’affichera.

C’est quelque chose de véritablement génial.

  • Fini le temps perdu à aller chercher un mot dans le dico…
  • Fini l’époque où l’on renonçait à connaître le sens du mot (ou d’une phrase toute entière), parce qu’on n’avait pas de dico à porté de main…

Vous pouvez trouver la définition en une seconde. Cela permet d’enrichir spontanément son vocabulaire.

Économique

Télécharger le format Kindle d’un bouquin peut aussi s’avérer économique.

En général, la version numérique pour les nouveautés est moins chère, voire beaucoup moins chère, que celle physique.

Par exemple, j’ai pris le premier livre au hasard sur Amazon (et c’est tombé sur le dernier Harry Potter, comme par magie !)

Livres en version kindle

Vous pouvez voir la version papier a 21 €, contre 14,99 € pour celle numérique. C’est 6 euros de différence.

Bon, pas de quoi fouetter un chat et ça reste relativement cher pour un Kindle (mais c’est un Harry Potter – attention !)

Si vous voulez absolument lire une nouveauté avant qu’on ne puisse la trouver  d’occasion pour une poignée d’euros (les livres d’occasion se vendent pour une bouchée de pain), vous pouvez l’acheter sur Kindle dans un premier temps, puis, si vous tenez vraiment à ce que le livre emplisse votre bibliothèque, vous pouvez toujours d’attendre quelques années, quand il se vendra à quelques euros seulement.

En outre, s’il s’avère qu’il ne vous plaît pas, ça fera un livre en moins qui végète sur une étagère.

Mais il y a encore plus intéressant avec les livres en version kindle…

livres en version kindle

Les œuvres littéraires dont l’auteur est mort il y a plus de 70 ans sont du domaine public.

Dixit l’article L. 123-1 du Code de la propriété intellectuelle : « L’auteur jouit, sa vie durant, du droit exclusif d’exploiter son œuvre sous quelque forme que ce soit et d’en tirer un profit pécuniaire. Au décès de l’auteur, ce droit persiste au bénéfice de ses ayants droit pendant l’année civile en cours et les soixante-dix années qui suivent. »

De ce fait, vous pouvez accéder gratuitement à la version kindle des grands classiques de la littérature française et étrangère. C’est ainsi que j’ai pu en lire une bonne dizaine.

Ça ne vous empêche pas, évidemment, de les acheter en librairie ou en brocante si vous en avez envie. Mais grâce au Kindle, ça devient optionnel, et c’est toujours ça de gagner contre la déforestation.

Les petits livres en version Kindle auto-édités

Surtout si vous lisez anglais (le marché anglosaxon de l’autoédition est très développé), vous pouvez trouver bon nombre de petits livres pratiques, en général autour de 0,99€ et 2,99€, sur Amazon.

Le plus souvent, ces livres servent à promouvoir les services haut de gamme de leurs auteurs (coaching, séminaires, consultations, etc.)

Ils sont mieux travaillés, mieux écrits, mieux référencés, plus fiables et plus complets que les informations que l’on trouve gratuitement sur le net – wikipédia et compagnie, – tout en restant à des prix très abordables.

Il m’arrive d’en lire, parfois, par plaisir ou pour approfondir mes connaissances sur un sujet spécifique.

On peut les emprunter en illimité avec l’abonnement Kindle Unlimited.

Parce qu’il ne faut pas se laisser dépasser par la technologie !

Faut arrêt de faire le vieux casse-pieds, hein ! On doit vivre avec son temps et accueillir la technologie, plutôt que de la balayer d’un revers de la main en disant que c’était mieux avant.

Le numérique est en plein essor ; il est plus que probable que dans les 10, 20 ou 30 prochaines années, il ait remplacé, totalement ou en partie, le papier – qui sera suranné.

Ce n’est pas nouveau dans l’histoire qu’un support en remplace un autre. Autrefois, on a abandonné la roche pour le papyrus, le papyrus pour le parchemin, et le parchemin pour le papier. Aujourd’hui, on abandonne le papier pour le numérique. Ainsi va l’évolution !

Si vous laissez de côté les nouvelles technologies au lieu que vous y adapter, un beau matin vous risquez d’être complétement dépassé, comme ceux qui sont passés au Smartphone 5 ans trop tard…

Le progrès se fera, avec ou sans vous.

Le syndrome de la page blanche n’existe pas !

Le syndrome de la page blanche est un mythe !

C’est très facile d’éradiquer la panne d’inspiration ; il suffit de travailler plus intelligemment. Parce qu’en réalité, elle est souvent la conséquence de mauvais choix.

Vous avez des difficultés à écrire principalement (sinon seulement) à cause de 4 raisons :

  • Vous vous sentez fatigués (mentalement) ;
  • L’environnement dans lequel vous êtes ne vous permet pas de bien vous concentrer ;
  • Vous ne savez pas quoi écrire – à cause du manque de préparation ;
  • Vous ne savez pas comment écrire – quel ton/quelle voix utilisé(e).

À titre personnel, lorsque je n’arrive pas à écrire, c’est toujours à cause de l’une ces raisons-là. Même l’anxiété ; même le stress ; même les problèmes personnels… n’ont pas vraiment d’incidence sur ma productivité. Tant que je m’assois devant un clavier sans l’une de ces difficultés, j’écris.

Je ne dis pas que ça vient toujours spontanément, sans aucun effort, ni que c’est toujours excellent. Loin de là ! Mais, au moins, j’arrive toujours à rédiger un premier jet – que je peux peaufiner plus tard.

Raison #1 : La fatigue mentale

C’est lorsque vous vous sentez épuisé, apathique, incapable du moindre effort intellectuel.

Cela peut être parce que vous écrivez au mauvais moment de la journée (nous fonctionnons par cycle !) ou, plus grave, à cause d’une mauvaise hygiène de vie.

Si vous passez beaucoup de temps à écrire, c’est probablement la pire difficulté contre laquelle vous luttez. C’est en tout cas celle à laquelle je me suis longtemps heurté.

Ne luttez pas !

Le conseil suivant va vous sembler contre-intuitif…

Ne luttez pas contre la fatigue !

Faites un break, une sieste, de la méditation, une petite balade ou un brin de ménage. Mais ne restez pas comme un zombie devant votre écran à espérer que ça passe.

Si vous ne décrochez pas, ça ne passera pas !

Avant, quand j’étais fatigué, je ne voulais jamais renoncer. Une longue pause pour me ressourcer m’aurait fait du bien, mais malgré la fatigue j’avais cette volonté d’écrire qui me collait à mon siège de bureau. Cet entêtement était stérile, inefficace, contre-productif. J’ai perdu beaucoup de temps ainsi. Ne faites pas la même erreur.

Le meilleur réflexe, lorsque l’on se sent trop fatigué pour écrire, c’est d’aller se reposer. Faire quelque chose à la place, n’importe quoi !, qui ne demande aucun effort mental, jusqu’à retrouver un état interne propice.

Retenez : faire de longues pauses permet de vous « recharger », tandis que se forcer à continuer entretient l’atonie.

Reconnaître ses « temps forts »

Nous fonctionnons par « cycles. » C’est une chose que j’ai mis beaucoup de temps (trop) à comprendre, mais qui est pourtant fondamentale.  Au cours de la journée, nous allons nous sentir énergiques et inspirés à certains moments, et fatigués à d’autres.

La créativité respecte la loi des 80/20 de Pareto. Autrement dit, c’est durant 20% de notre temps seulement que nous produirons 80% de notre travail créatif. C’est pourquoi il faut bien choisir les heures auxquelles on écrit !

Un écrivain, pour être productif, doit connaître ses « temps forts.» Il doit savoir à quels instants de la journée il se sent dans les meilleures conditions pour travailler.

Pour moi, c’est le matin, juste après le réveil, et le soir après minuit. À ces deux moments de la journée, j’arrive à écrire plus facilement. Écrire en plein après-midi, en revanche, est souvent plus laborieux. Savoir cela me permet de m’organiser avec stratégie ; en planifiant mes sessions d’écriture aux bonnes heures.

Je peux me réveiller très tôt le matin et faire 4 bonnes heures d’écriture intensives, afin de remplir les 2/3 de mon quota de mots. Ainsi, je peux tranquillement continuer l’après-midi, sans pression. Ou, je peux travailler le soir, après minuit, et passer ma nuit à écrire. Ou encore, faire deux grandes sessions, le matin et le soir.

Si vous avez des difficultés à écrire à cause d’un manque d’énergie, commencez par repérer à quels moments de la journée vous arrivez le mieux à écrire, et organisez vos sessions à ces moments-là.

Fatigué TROP souvent ?

Il est tout à fait normal d’avoir quelques coups de mous au cours de la journée. Dans ce cas, faire une pause et consacrer du temps à autre chose est une excellente idée. Planifier le gros du boulot pour ses temps forts aussi.

Mais il y a une faille à ces solutions : quand on se sent fatigué toute la journée, ou presque, au point d’être parfaitement improductif.

Vous ne pouvez pas attendre que la journée passe en paressant… Et vous n’arrivez pas à écrire non plus, malgré toute votre bonne volonté.

On connaît tous le dicton : « quand on veut on peut ». Mais il n’y a rien de plus faux. On ne PEUT pas toujours, même quand on le VEUT (sinon, l’homme n’aurait jamais inventé le viagra !)

Il y a toujours les « neurodrogues. » La modafinil, notamment (un médicament contre la narcolepsie), est populaire chez les étudiants et les entrepreneurs. Ces substances peuvent vous donner un sacré booste. Mais je ne suis pas pour cette solution. Je pense qu’il vaut mieux régler la cause d’un problème, et non pas agir sur le symptôme. Sinon, on n’en aurait pas fini de prendre médoc sur médoc.

Si vous êtes anormalement fatigué à longueur de journée, prenez du recul et analysez votre façon de vire.

Est-ce que votre style de vie est sain ?

Est-ce que vous mangez correctement ?

Est-ce que vous dormez correctement ?

Est-ce que vous faites de l’activité physique régulièrement ?

Est-ce que vous prenez un peu le soleil, au moins de temps en temps ?

Le principe est le suivant : si vous vivez mal, vous vous sentez mal. Améliorer votre hygiène de vie peut, après quelques semaines, faire une nette différence – pour votre énergie, créativité, et votre état d’esprit.

Rien que quelques petites réformes alimentaires peuvent avoir un impact positif sur votre productivité !

À retenir : si vous planifiez vos sessions d’écriture aux bons moments, et que vous entretenez une bonne hygiène de vie, alors vous NE CONNAÎTREZ PAS le syndrome de la page blanche à cause d’un manque d’énergie. Vous en aurez toujours assez quand il le faudra !


Raison #2 : Mauvais environnement

Rares sont ceux qui parviennent à bien écrire dans n’importe quel contexte. Et, à mon plus grand regret, je n’en fais pas partie. J’ai besoin de calme et d’isolement, sinon je n’arrive pas à me concentrer correctement (à une exception près, car j’arrive à travailler dans les cafés, à condition d’être seul.)

Mettez-moi dans une pièce pleine de gens que je connais, qui font du bruit, gesticules autour de moi, et m’interrompent toutes les 20 minutes… et ça devient un enfer d’écrire !  J’ai vraiment besoin d’être isolé dans ma bulle, ne pas être déconcentré, et ne pas avoir peur d’être dérangé.

Les écrivains et blogueurs sont pareils. Nous avons tous besoin d’être dans un environnement spécifique, qui permet d’éveiller notre créativité. Cela varie largement en fonction de chacun :

  • Certains ne peuvent pas écrire en dehors de chez eux, sans un fond musical et une quantité immensurable de café.
  • D’autres ont besoin d’être à l’extérieur de chez eux, dans un bureau, un parc, ou un bistro.
  • Il y en a même qui ont besoin de se déconnecter complètement du monde, se retirer à la campagne, sans internet ni téléphone portable.

La bonne nouvelle, c’est que si vous manquez d’inspiration à cause de l’environnement, il est facile de régler le problème. Il suffit de programmer vos sessions dans des endroits et des conditions qui vous permettent de bien travailler.

Exemple : je prends, au moment même où j’écris ces mots, quelques jours de « vacances » dans un gîte avec 7 membres de ma famille (dont 4 enfants bruyants et hyper actifs). Si j’écrivais dans la matinée comme d’habitude, je serais trop souvent déconcentré. Ma productivité en prendrait un sacré coup, et je me sentirais sans doute un peu frustré et agacé – ce qui n’aiderait pas à me reconcentrer.

Alors, j’écris la nuit ! Quand tout le monde est couché. Cela me permet de me sentir isolé – dans ma bulle. Et j’arrive à atteindre mon quota de mots en quelques heures.

Mon conseil : adaptez vos sessions de sorte à ce que (1) cela coïncide avec un temps fort de la journée pour écrire, et (2) que vous soyez dans des conditions idoines – isolé, capable d’atteindre le niveau de concentration requis pour bien écrire.

Raison #3 – Vous ne savez pas quoi écrire…

Il arrive que l’on ressente une sorte d’anxiété de la performance en écrivant, qui installe le doute en nous.

J’ai souvent eu à faire à ce problème pendant mes débuts, en partie à cause de la peur du jugement, du manque de confiance et d’expérience.

En bref, on se met une énorme pression pour plaire aux lecteurs. Donc, notre perfectionnisme fait surface, plus tyrannique que jamais ! Et, chaque phrase qui nous vient en tête nous semble trop fade, trop minable, trop maladroite, pour être couchée sur le papier.

C’est la même sensation qu’on retrouve lorsqu’on veut initier la conversation avec une personne qui nous plaît, mais qu’on hésite à aller voir par peur de faire mauvaise impression (ou peut-être est-ce l’inverse : parce qu’on a trop envie de faire bonne impression !)

  • On pourrait sortir une excuse… Vous avez l’heure ? ou Vous sauriez où se trouve la rue X ? Mais, comment entamer la discussion après ?
  • On pourrait faire une plaisanterie, ou une remarque. Mais elle pourrait vous trouver maladroit ou étrange.
  • On pourrait lui dire Bonjour ! et lui avouer qu’on aimerait la rencontre… Mais ce serait trop simple ! Trop direct !

Quand on manque d’expérience, de confiance, qu’on sort de sa zone de confort pour écrire à un lectorat différent, on tergiverse exactement la même façon.

On doute de son style ; on hésite sur le ton à employer ; on a peur de paraître trop vulgaire, trop simpliste, trop pédant.

On commence à écrire une phrase ou deux, puis on se dit que c’est vraiment trop nul, et revient en arrière. On efface tout. On recommence, encore et encore, en espérant trouver une manière parfaite d’introduire le sujet.

Finalement, on se retrouve avec une page blanche. Pas parce qu’on n’avait rien à dire. Parce qu’on avait l’impression de ne pas savoir comment le dire.

Dieu merci, avec la pratique le problème se règle de lui-même.

  • Avec la pratique, on finit par trouver son propre style, sa propre voix, et à l’affirmer, que ça plaise aux lecteurs… ou pas ! On ne peut pas plaire à tout le monde de toute façon.
  • Avec la pratique, on sort de sa zone de confort. Exposer son travail aux yeux d’une audience est, au fur et à mesure, moins perçu comme une prise de risque. La peur d’être jugé disparaît.
  • Avec la pratique, on apprend à connaître son audience cible ; celle à qui l’on peut plaire, et à qui l’on veut plaire. Quand on connaît ses lecteurs, que ce soit en réalité ou en esprit (on peut avoir une image très claire du genre de personne qui nous lit), on sait sans hésiter comment lui parler par écrit. Cela nous décharge d’une sacrée pression !

Pas d’expérience ni d’audience cible

Si vous avez peu d’expérience et ignorez encore votre audience cible, oubliez la forme et concentrez-vous sur le fond seulement.

Faites le boulot basique qui consiste à partager les infos et les conseils dont le lecteur à besoin. Tant pis si c’est un peu maladroit. Tant pis si la forme est très moyenne. De toute façon, vous pourrez peaufiner le plus tard, quand vous éditerez votre travail.

Vouloir être bon sur le fond et la forme en même temps, c’est trop de pression pour un débutant. La pression paralyse et annihile la créativité. Si vous n’êtes pas encore à l’aise pour écrire, vous devriez vous concentrer uniquement sur le premier élément.

Celui qui maîtrise son sujet ne doute jamais du fond ; il a seulement peur que la forme soit mal appréciée. Si vous oubliez la forme, au moins pour le premier jet, la peur va se dissiper. Ensuite, vous pourrez éditer jusqu’à ce que la forme soit satisfaisante. Vous pourrez même vous faire relire par deux ou trois amis de confiance, pour qu’ils vous disent ce qu’il faut améliorer.

Surtout, dites-vous que :

(a) Les lecteurs veulent d’abord des informations de qualités : qui les inspirent, leur permet de penser et percevoir quelque chose plus positivement, les motives à passer à l’action, les conseils. La forme est secondaire (en tout cas pour la non-fiction.

(b) Ce que vous écrivez ne se grave pas dans du marbre ! Chaque phrase que vous écrivez peut être modifiée, supprimée ou réécrite plus tard.

(c) Le plus souvent, vous perdez plus de temps à attendre les phrases parfaites qu’à faire un premier jet (aussi nul soit-il) : même si les 90% du texte que vous écrivez en une demi-heure est à mettre à la poubelle, vous aurez un minimum de matière – quelques idées, ou exemples, ou phrases, ou paragraphes, à conserver. Vous pourrez faire une nouvelle version à partir de cette base. Tandis que, si vous passez cette demi-heure à trouver LA bonne intro et ne rien écrire, tout ce temps sera perdu.

Conclusion : le syndrome de la page blanche n’existe pas !

Le syndrome de la page blanche n’existe pas !

La preuve : j’ai rédigé la première monture de cet article en moins d’une demi-heure, non pas parce que j’ai été pris dans un élan d’inspiration exceptionnel (je suis habitué à ça), mais parce que :

  1. J’ai écrit au bon moment – quand les idées étaient claires, l’énergie bonne.
  2. J’ai écrit dans un environnement propice à une bonne concentration –bien installé sur un fauteuil, seul.
  3. Parce que je savais à peu près ce que j’allais écrire – j’ai préparé mon article en me posant quelques questions préparatoires : « Le syndrome de la page blanche : qu’est-ce que j’en pense ? » ; « Pourquoi n’arrive-t-on pas à écrire parfois ? » ; « Qu’est-ce que j’ai découvert et qui a réglé le problème ? » « Quels conseils puis-je donner à des gens qui font face au même problème ? ». Puis, j’ai fait mon intro, et j’ai développé point après point. Cela a était suffisant pour faire un article d’environ 2700 mots…
  4. J’ai écrit la première mouture sans pression (Ø prise de tête sur la forme) – parce que je sais comment parler (par écrit) à mon audience ; parce que j’affirme mon style, ma voix ; parce que je pars du principe que cette première mouture sera imparfaite, mais que j’aurai tout mon temps pour arranger ça plus tard.

Bien sûr, ça ne signifie pas qu’écrire est toujours une partie de plaisir. C’est beaucoup de boulot, de temps investi et d’effort intellectuel malgré tout ! Mais, au moins, je n’ai ni panne d’inspiration ni syndrome de la page blanche. Je ne connais QUE le « syndrome de la page pleine ! »

Vous le pouvez-vous aussi !

-Chris Berman.

 

Conseil bien-être : pratiquer la gratitude !

Il y a une chose que vous n’apprendrez jamais sur les bancs de l’école. C’est que votre objectif principal dans la vie (que vous en ayez conscience ou non) est d’optimiser votre bien-être, et que ce dernier découle principalement de votre état d’esprit.

Pour vous sentir bien dans votre peau, bien dans votre vie, vous devez (re)façonner votre manière de voir, penser, et interpréter les choses.

Aucun bon résultat n’est possible sans un état d’esprit approprié. Cette règle est valable quels que soient les domaines de votre vie. Même en obtenant toutes  les conditions et les possessions que la société nous fait désirer – la richesse, la gloire, la villa en bord de plage, la belle bagnole de sport, etc. –  nous ne sommes pas garantis d’être heureux ; loin s’en faut.

Nous pouvons tout à fait entretenir un sentiment d’insatisfaction permanent, parce que nous focalisons uniquement notre attention sur ce que nous n’avons pas (et nous ne pouvons pas tout avoir !) plutôt que sur ce que nous avons déjà.

« Sage est celui qui ne s’afflige pas de ce qu’il ne possède pas, mais se réjouit de ce qu’il possède »

Epictète

Il y a encore quelque temps, je vous aurais dit que prendre un moment dans la journée pour ressentir de la gratitude était inutile. Je pensais qu’il s’agissait d’un autre concept new-age inutile, inventé par des pseudo-gourous de la spiritualité.

Mais, depuis, j’ai fait amende honorable.

Pratiquer la gratitude est bénéfique pour soi-même. Je dirai même plus : toute personne qui prend son bien-être au sérieux devrait consacrer (au moins pour commencer) un moment dans sa journée pour éprouver de la gratitude !

Pratiquer la gratitude : un conseil  très ancien

Tout d’abord, ce n’est pas un concept « new-age ». C’est une recommandation TRÈS ancienne qui a traversé le temps et les civilisations.

On trouve des textes bouddhistes vieux de plus de 3000 ans qui conseillent de pratiquer la gratitude.

« L’homme de peu de valeur ne pratique pas la gratitude, il oublie les bienfaits qu’il reçoit, mais la personne de valeur pratique la gratitude et se souvient des bienfaits qui lui sont accordés. »

(Citation Bouddhiste)

De même, on trouve ce conseil dans les deux majeures religions monothéistes :

« Rendez grâce en toutes choses, car c’est à votre égard la volonté de Dieu en Jésus-Christ. »

Le Nouveau Testament.

« Nourrissez-vous des bonnes choses qui vous ont été prodiguées et manifestez la gratitude envers Dieu. »

Le Coran

Ce n’est donc pas un simple effet de mode, mais un ancien principe revenu au goût du jour. Et sans doute pas sans raison…

La gratitude à ses raisons que la raison ne doit pas ignorer !

Mais ne parlons pas religion ou spiritualité. Parlons Sciences ! Pour beaucoup, c’est le seul domaine qui arrive à convaincre…

Il a été démontré que prendre l’habitude de ressentir de la gratitude :

  1. Rendait plus optimiste ;
  2. Donnait plus d’énergie ;
  3. Faisait se sentir plus enthousiaste ;
  4. Rendait plus joyeux ;
  5. Contribuait à rester en bonne santé (soit : moins souvent malade) et nous permettait de vivre plus longtemps ;
  6. Rendait plus altruiste, plus généreux et moins envieux des autres.
  7. Fortifiait les liens avec ses proches ;
  8. rendait plus créatif ;
  9. Aidait à être plus résilient pour affronter les diverses tribulations de la vie.

… Et bien d’autres choses encore !

(Études rapportées dans ce livre)

En outre, des études en neurologie ont démontré que chacune de nos émotions avait leur propre circuit neuronal dans le cerveau. Et ces circuits, à l’instar d’un muscle, se développent un peu plus à chaque fois qu’ils sont sollicités.

Autrement dit : plus vous éprouvez le sentiment de gratitude, plus il est facile de le ressentir à nouveau – sans aucun effort conscient.

Que votre gratitude se dirige vers Dieu, l’Univers, des évènements ou des personnes en particulier. Qu’elle passe par la prière, par des affirmations écrites ou prononcée à voix haute, ou par de simples pensées : vous obtiendrez des bénéfices à l’exprimer !

Pratiquer la gratitude purifie littéralement vos mauvais ressentis et les remplace par d’autres, plus positifs.

Je ne suis pas le seul à le dire.

  • La science le dit ;
  • Les religions le disent ;
  • Des personnalités, bien plus spirituellement élevées que moi, l’ont dit – de Confucius à Gandhi, en passant par Epictète et Jesus-Christ.
  • Ceux qui pratiquent la gratitude quotidiennement vous le diront aussi.

Cultiver la gratitude fera une grande différence !

Peut-être pas demain, ni la semaine prochaine ; mais, telle une plante que l’on arrose chaque jour, les bienfaits se feront plus visibles au fur et à mesure que vous cultivez cette habitude.

Vous expérimenterez un meilleur état émotionnel et,  devinez quoi ?, vous vous sentirez plus heureux !

« Le contentement apporte le bonheur, même dans la pauvreté. Le mécontentement apporte la pauvreté, même dans la richesse »

Confusius

Ps – pour aller plus loin : La gratitude : Savoir et oser l’exprimer ; un petit livre rapide et sympa à lire, qui donne quelques exercices pratiques.

5 qualités que l’on développe en écrivant

En pratiquant un art martial, vous n’apprenez pas seulement à vous battre – à vous servir de vos pieds et vos poids pour écraser le pif de votre adversaire. Non. Vous apprenez d’abord à respecter vos rivaux, à maîtriser vos émotions (la peur, la colère, etc.) et bien d’autres choses encore.

L’art martial n’est, tout compte fait, qu’un canal permettant d’assimiler des leçons de vie et des qualités. Se battre n’est pas ce qu’il enseigne de mieux ; et, quelque part, c’est secondaire. Sinon, aucun parent (bien intentionné) n’inscrirait son gosse au karaté.

Quel rapport avec l’écriture, me direz-vous ?

Eh bien, le même principe s’y applique !

L’écriture à une fonction principale : communiquer. On écrit pour transmettre ses idées, ses pensées, ses connaissances. Mais, par la pratique, on n’améliore pas seulement son aptitude à bien communiquer par écrit. On s’améliore soi-même. On développe des qualités. Ecrire nous rend meilleurs.

Oui, vous allez bien lu. MEILLEUR.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’écrire quelque fatras insipide sur les réseaux sociaux… on parle d’écrire sérieusement, en respectant à minima les règles de grammaire et d’orthographe – pas d’écriture sms.

Il y a une pléthore de qualités que vous pouvez développer en écrivant. Comme des muscles, plus vous vous exercez, plus celles-ci deviennent visibles. Et elles peuvent vous servir dans tous les autres domaines de votre vie.

J’ignore si des études ont déjà été faites à ce sujet…

Quoi qu’il en soi, je préfère relater mon expérience personnelle.

Voilà 5 qualités (parmi d’autres) qu’une pratique régulière de l’écriture m’a apportée, et peux vous apporter.

1) Une meilleure concentration.

Écrire nécessite d’accorder toute son attention à ses pensées, et à la manière de les matérialiser le plus adroitement possible par écrit.

Chaque session (ou presque) vous plonge dans un état profond de concentration, où les idées et les façons de les exprimer viennent plus facilement.

Plus vous pratiquez, plus vite vous vous immergez dans cet état, et êtes capable d’y rester longtemps.

Cela vous aide non seulement à mieux écrire, mais aussi à accomplir d’autres tâches intellectuelles – pour lesquelles vous devez penser, réfléchir, trouver des idées ou des solutions.

2) L’autodiscipline.

Écrire demande une volonté de fer !

J’ai fait pas mal de petits jobs quand j’étais étudiant. Certains étaient difficiles. J’ai fait de la plonge dans un restau universitaire, de la manutention d’objets lourds. Je rentrais chez moi exténué en fin de journée, et je me réveillais avec des courbatures le lendemain.

Mais, de tous, le travail qui demande le plus de volonté, c’est celui d’écrire.

Je n’exagère pas. Écrire est une activité solitaire. On est livré à soi-même, et cela demande de rester enfermé dans une pièce, parfois durant de nombreuses heures, pour se forcer à rédiger, avec ou sans inspiration, un texte au moins intelligible.

Et surtout : NE PAS SE LAISSER DISTRAIRE !

Dès lors qu’on commence à procrastiner, c’est fichu.

Évidemment, il ne s’agit pas du pire gagne-pain que je n’ai jamais eu. Bien au contraire. Pour une personne comme moi (INFJ) c’est le boulot idoine.

Mais, croyez-moi, cela demande parfois de faire appel à beaucoup de volonté.  Coucher deux-mille mots sur le papier peut-être plus pénible que de monter un meuble de 50 kilos seul sur 5 étages.

Les gens qui prennent l’écriture au sérieux et se forcent à écrire apprennent l’autodiscipline.

L’autodiscipline, qui n’est autre que la capacité à faire quelque chose même quand l’on ne ressent pas l’envie de la faire.

3) La créativité.

Ecrire est une activité créative.

Comme pour le dessin, la musique, ou n’importe quel type d’activité artistique, vous développez votre créativité en écrivant !

4) La connaissance.

Quand vous écrivez, vous apprenez aussi !

En fait, c’est même l’une des meilleures manières d’apprendre.

Lire une seule fois une information est rarement suffisant pour la retenir. Pour mémoriser, il est préférable d’écrire (mémoire procédurale), ou mieux encore : écrire pour enseigner aux autres !

Ré-enseigner ce que l’on apprend est une excellente manière de les assimiler. Et, quand vous écrivez, surtout pour d’autres personnes, vous vous relisez plusieurs fois – les phases d’édition et de correction étant toutes aussi importantes (sinon plus) que le premier jet.

La première mouture n’est qu’un brouillon. Elle a un tas de défauts dont vous ne vous rendrez compte qu’en relisant. Elle reste importante, car c’est la base sur laquelle vous allez vous appuyer pour peaufiner la version final – c’est le diamant brut tout juste extrait de la roche que l’on va polir. Mais le gros du travail se fait lors de l’édition.

Cela implique de se relire plusieurs fois. Souvent 2 ou 3 fois. Parfois 5 ou 6 fois, pour les plus consciencieux.

Vous pouvez être sûr qu’une fois votre texte prêt, après l’avoir écrit et relu, vous connaitrez par cœur son contenu !

5) Une meilleure expression orale.

À la base, je ne suis pas un bon orateur. J’irais même jusqu’à dire qu’il y a quelques années encore je m’exprimais assez mal.

À force d’écrire (et de lire) mes structures de phrases parlées se sont améliorées, ainsi que mon vocabulaire. Si bien que beaucoup des gens que je rencontre me complimentent sur ma façon de m’exprimer.

Conclusion

Beaucoup d’autres qualités peuvent être développées par l’écriture. Les résultats varient selon les individus, et, sans doute le genre que l’on écrit (fiction/non-fiction.)

L’idée à retenir, c’est que consacrer un peu de temps à cet exercice, même dans un but purement réactif – comme on irait courir une heure ou deux le dimanche matin, – à de nombreux bienfaits.

Écrire, pour certaines personnes, peut même être une thérapie ! Une manière d’extérioriser ses ressentis, plutôt que de les somatiser.

Si tel n’est pas encore le cas, vous devrirez vous mettre à écrire. D’abord pour vous-même, élargir vos connaissances, le plaisir de partager, travailler sa créativité, etc., etc. Et, pourquoi pas ensuite, pour générer un peu de profit et lier l’utile à l’agréable – en vous autoéditant, en lançant un blog, ou en écrivant sur textbroker, whatever.

Aujourd’hui, peu de gens savent écrire correctement. C’est une compétence en voie de disparition, qui pourtant est de plus en plus appréciée sur le net, par les internautes et les web-entreprises.