Posts in Productivité

Booster sa productivité… par les jus de fruits et de légumes !

J’ai pris l’habitude de ne plus manger avant de finir ma journée de travail.

2 ou 3 tasses de café me suffisent le matin, et je reporte mon premier repas au plus tard possible. Raisons de productivité. J’ai toujours du mal à me reconcentrer après un repas. Je suis plus lent, moins efficace.

Rester (presque) à jeun semble m’aider à conserver mon énergie, que j’utilise pour écrire plutôt que pour digérer.

Il m’arrive de grignoter en attendant, parfois. Pas grand-chose : une banane, quelques fruits secs çà et là, un morceau de chocolat noir, etc.

Mais surtout, entre 14 et 16 heures, l’horaire auquel j’ai besoin d’une bonne pause en général, je vais dans ma cuisine me préparer un jus à la centrifugeuse.

Je lave et découpe mes fruits et/ou légumes, puis les insère dans la machine. Il en sort 50 cl à 1 litre de jus que je savoure tranquillement sur mon canapé, en bouquinant ou en écoutant de la musique.

Cela fait environ un an que je fais ça quotidiennement.

Avant, je mangeais des plats industriels, ou les restes du repas de la veille. Le plus souvent, je n’étais plus bon à rien après, si ce n’était à faire quelques tâches simples, qui ne demandent pas une grosse concentration, comme du tri ou de la mise en forme.

Au final, je n’arrivais à être vraiment productif que quelques heures par jour, entre la matinée et ma pause déjeuné.

Mais depuis un an, devinez quoi !?

À chaque fois que je bois mon jus, je sens ma fatigue se dissiper ; j’ai la sensation que mon corps retrouve son énergie, et je peux repartir pour 3, 4, ou 5 bonnes heures de concentration intensive. J’en étais incapable avant.

Je n’ai pas tout de suite compris pourquoi.

Mais, finalement, il y a une explication tout à fait logique derrière cela.

Les jus de fruits  et  de  légumes  : cocktails de vitamines !

D’abord, extraire le jus soi-même n’est pas du tout la même chose que de l’acheter en magasin.

Pour leur conservation, les jus vendus en grande surface sont pasteurisés.

La chaleur détruisant une bonne partie des micronutriments, ils perdent de leur propriété vitaminique (sans compter l’ajout d’additifs :  sucre, colorant, conservateurs.)

Les jus « Home made », au contraire, conservent leur propriété ; ils sont BEAUCOUP plus riches en vitamines et minéraux.

De plus, le jus d’un fruit ou d’un légume contient beaucoup plus des vitamines et minéraux que ses fibres.

Un kilo de carottes râpées représente un sacré volume. Mais un kilo de jus de carottes, c’est peut-être 2 ou 3 verres, seulement.

Autrement dit, en vous débarrassant des fibres vous garderez l’essentiel de la valeur nutritionnelle, sous une forme concentrée et facile à assimiler pour l’organisme.

Le cerveau étant comme un moteur : il a besoin de micro et macronutriment.

Et puis-ce qu’il en consomme beaucoup durant un travail de concentration, il lui faut un réapprovisionnement (avec une bonne pause) pour repartir.

Le jus : un « détoxifiant »

Les jus, en particulier les jus de fruits, sont aussi des purifiants naturels.

Ils permettent au corps de se « détoxifier » pour se régénérer lui-même.

Je ne suis pas un grand spécialiste dans ce domaine, mais je subodore que cela joue un rôle dans son aptitude à « récupérer » rapidement sa capacité de concentration après une session intense.

Voici ce qui s’est notamment passé quand j’ai commencé à boire des jus quotidiennement :

  • Ma peau est devenue impeccable.

Avant, j’avais régulièrement quelques petits boutons sur le visage.

Depuis un an, je n’en ai plus un seul. Ni sur le visage, ni nulle part ailleurs.

  • Je tombe (beaucoup) moins malade.

Mis à part quelques rhumes légers et deux ou trois maux de gorge, je suis toujours en bonne santé.

Plus de grosse fièvre, plus de coup de fatigue.

Pourtant, auparavant, je tombais malade plusieurs fois chaque année.

  • Mon corps est plus svelte et athlétique.

J’ai perdu la graisse superflue que j’avais accumulée ces quelques dernières années.

  • Je me sens plus énergique et de meilleure humeur.

Enfin, je me sens globalement mieux dans ma peau ; plus énergique, positif, motivé, enthousiaste et de bonne humeur.

Certains d’entre vous doivent être sceptiques. C’est normal. Moi-même, j’aurais plaidé l’effet placebo si l’on m’avait raconté ça.

Seulement, ce ne peut pas être cela parce que :

  • je ne m’attendais pas du tout à ces effets ;
  • je ne suis pas un cas isolé : des milliers d’autres personnes ont constaté des bienfaits similaires.

Bien entendu, je ne vous demande pas de me croire sur parole. Je vous encourage seulement à faire le test.

Envie d’essayer ?

Si vous avez envie d’essayer, voici mes recommandations :

(1) Procurez-vous une centrifugeuse ou un extracteur de jus.

L’extracteur est de meilleure facture. Il presse les fruits et légumes à froid pour récupérer leur jus, tandis que la centrifugeuse les hache en minuscules morceaux avec une hélice. C’est un procédé qui chauffe ces aliments et leur fait perdre un peu de leur valeur nutritionnelle.

Mais la centrifugeuse est moins chère, et il est plus facile d’en trouver une d’occasion sur leboncoin ou dans les magasins style « Happy Cash ».

Si vous n’êtes encore convaincu, il est préférable de vous procurer une centrifugeuse d’occasion (autour de 20-30 euros) pour essayer.

Rien ne vous empêche ensuite de monter en gamme ; d’acheter une centrifugeuse plus performante, ou un extracteur de jus. Et si l’essai n’est pas concluant, cet achat vous servira toujours pour faire des jus à vos enfants ou à vos invités une fois de temps en temps.

Pour ma part, j’utilise cette centrifugeuse (~50 euros neuve). J’en suis largement satisfait.

(2) Notez quelques recettes, ajoutez les ingrédients à votre liste de courses et faites un jus chaque jour, pendant au moins 2 semaines.

Normalement, vous devriez remarquer une différence rapidement.

Au début, je vous conseille de faire simple.

Par exemple, un jus pomme-carotte-gingembre en suivant cette recette :

  • 4 carottes.
  • 1 pomme.
  • ~20 grammes de gingembre.

Après une semaine ou deux, quand vous serez accoutumés à faire des jus, vous pourrez tester des recettes plus compliquées.

Vous pouvez trouver une ribambelle de recettes de jus de fruits et de légumes sur internet. Ne vous en privez pas. Have fun !

+ En option : un livre ou deux avec des recettes de jus (je suggère 150 recettes de super-jus du Dr. Lamboley et Les jus de fruits et de légumes frais du Dr Noman Walker)

That’s it ! 😉

Le MindMap pour écrire

On commet souvent l’erreur de croire qu’il suffit d’avoir de l’inspiration pour écrire. Mais il est rare de réussir à rédiger spontanément un texte parfait de bout en bout, simplement en ouvrant son logiciel de traitement de texte et en laissant aller ses doigts sur les touches du clavier.

D’ordinaire, si un texte est clair et facile à lire c’est qu’il a été difficile à écrire pour son auteur.

« Ce qui est agréable à lire est difficile à écrire ! »

À moins d’être très à l’aise avec le sujet, d’avoir eu l’occasion de le traiter maintes fois à l’oral ou à l’écrit, et qu’il ne soit ni trop long ni trop complexe, un travail préparatoire est indispensable.

Évidemment, je parle principalement d’écriture non fictionnelle. Écrire de la fiction peut-être quelque peu différent. Quoi qu’il soit aussi utile de prendre des notes avant de s’atteler à écrire un roman ou une nouvelle.

Conseil : avant d’écrire, faites un brainstorming et élaborez un plan. L’écriture a besoin d’idées et d’organisation, comme une voiture a besoin d’essence et d’huile – sinon c’est la panne sèche assurée en cours de route !

Penser VS réussir

Il y a un gouffre entre penser avoir quelque chose d’intéressant à écrire et réussir à l’écrire ensuite. Et le pont qui joint les deux n’est pas seulement votre talent. C’est aussi, et surtout, la préparation dont vous faites preuve avant de commencer à rédiger.

S’il vous arrive de penser tenir un bon sujet entre les mains, puis vous sentir bloquer au moment de l’écrire, c’est probablement pour cette raison. Ce qu’on appelle la « panne de l’écrivain » est moins souvent due à l’inspiration qu’à la préparation.

Sachez néanmoins qu’avec la bonne méthode, le travail préparatoire peut être à la fois rapide et simple.

Cela n’a rien de rébarbatif. Trouver des idées et les organiser peut être tout aussi plaisant qu’écrire ; et il existe un outil très intéressant qu’on peut utiliser à cet effet. Le Mind Map.

C’est le sujet de cet article.

Le Mind Map pour écrire

Mind Map, Mindmap, mindmapping, mind mapping

Tout ne s’apprend pas à l’école, on le sait déjà. Mais quel dommage qu’aucun professeur ne nous ait jamais appris à utiliser le Mind Mapping pour disserter ou mémoriser nos cours !

C’est pourtant un outil franchement efficace…

Grâce au Mind mapping :

  • vous ferez facilement l’inventaire des idées et connaissances qui vous viennent à l’esprit ;
  • il sera plus simple de les trier et de leur donner un ordre logique, pour construire la structure d’un texte ;
  • vous pourrez aisément ajouter de nouvelles idées et des compléments d’information, que vous trouverez çà et là dans des livres, des documents ou sur internet, pour compléter votre plan ;

Ensuite, il ne vous restera plus qu’à tout retranscrire par écrit.

Ce n’est pas toujours utile de s’attarder sur un mindmap avant d’entamer la rédaction. Parfois, il suffit de noter quelques idées, puis se mettre à écrire pour que tout vienne spontanément.

Cependant :

  • moins vous vous sentez à l’aise avec un sujet ;
  • plus il est complexe, demande de la réflexion, nécessite de convaincre son audience ;
  • plus il est long, demande d’être fragmenté en parties, chapitres, sections et sous-sections…

…Plus il sera essentiel d’en faire usage !

Je peux en témoigner ; de très nombreuses fois, mon logiciel de Mindmap m’a été d’une aide précieuse pour clarifier mes pensées, faire ressortir mes idées, réfléchir, organiser mon plan et fluidifier mon écriture.

Plus ce que nous écrivons est difficile à traiter, plus le Mindmap peut s’avérer utile.

Qu’est-ce qu’un MindMap ?

Après en avoir vanté les mérites, sans doute est-il judicieux de le définir plus en détail.

Je décrirais le Mindmap comme une méthode de prise de notes sous forme schématique.

Cela ressemble, je trouve, à un arbre en vue aérienne, avec son tronc — le thème centrale — et ses branches — les idées, sous-idées, exemples, références, etc.

C’est le psychologue britannique, Tony Buzan, spécialisé dans l’apprentissage et la mémorisation, qui l’a conceptualisé.

Je ne m’attarderai pas davantage sur les origines du Mindmap, ni sur les raisons qui en font un outil remarquable. Vous pouvez déjà trouver ces informations un peu partout sur internet.

À titre personnel, je n’ai rien découvert de mieux pour la préparation d’un article ou d’un livre.

Je recense mes idées, trouve des exemples et des métaphores pour les illustrer. J’identifie les sources supplémentaires dont j’ai besoin. Je raisonne et clarifie mes pensées, etc. Tout cela facilement, en esquissant un Mindmap (bien plus qu’avec une prise de notes « traditionnelle », linéaire.)

Du reste, je me contenterai de vous donner quelques conseils pratiques pour vous initier. Ainsi, vous pourrez tester cet outil, en évaluer vous-même l’efficacité, et l’adopter ou pas.

1)  Sélectionnez le logiciel qui vous convient

Il est possible de faire des Mindmaps sur une feuille de papier.

Mais, à l’instar du traitement de texte, c’est bien plus rapide et pratique d’utiliser un logiciel.

Il en existe plusieurs sortes.

  • Certains sont « online » ;
  • certains sont gratuits (avec une formule « pro » en option), d’autres payants ;
  • certains sont simples d’utilisation mais manquent d’options comparés à d’autres, plus complexes mais munis de nombreuses fonctionnalités.

C’est essentiel de trouver celui qui vous correspond ; celui avec lequel vous vous sentirez à l’aise pour la prise de note, et que vous aimerez utiliser.

Un bon logiciel vous aidera à vous familiariser avec l’outil, alors n’hésitez pas à en tester plusieurs ; autant qu’il en faudra.

À titre personnel, j’utilise XMind.

Je le trouve simple à utiliser, le design n’est pas dégeu’, vous pouvez utiliser des modèles sympa, et il est gratuit. C’est amplement suffisant pour moi, mais je peux tout à fait concevoir qu’il puisse ne pas être du goût de tout le monde. Certains préféreront peut-être un logiciel qui présente mieux le Mindmap, ou avec davantage d’options.

Le mieux reste encore d’explorer les différentes options qui sont proposées sur le net, d’essayer quelques logiciels différents jusqu’à trouver celui qui vous convient le mieux.

2)  La prise de notes sur MindMap

Si vous avez bien choisi le logiciel, la prise de notes sur Mindmap devrait être simple.

(a) Quand vous souhaitez écrire sur un nouveau sujet, vous ouvrez votre logiciel pour le noter dans la bulle centrale.

(b) Ensuite, inscrivez les idées et sous-idées qui vous viennent pèle-mêle à l’esprit. Il peut tout aussi bien s’agir d’information, d’arguments, d’exemples sous forme d’anecdotes ou de métaphore, etc. N’ayez pas peur de noter « en vrac » tout ce qui vous vient à l’esprit. Vous pouvez les noter sous forme de phrases, de mots-clés ou même mettre une image ou une photo qui renvoie à cette idée.

(c) Ensuite, triez-les, déplacez-les avec votre curseur, ajoutez de nouvelles idées ; jouez avec le mindmap.

Grâce au Mindmap, vous pouvez transcrire schématiquement l’équivalent d’environ un millier de mots en moins d’une dizaine de minutes. Ensuite, il ne vous reste plus qu’à tout retranscrire par écrit.

mindmap ; mind map ; mind mapping ; mindmapping

3)  Retranscrire

Enfin, il ne vous reste plus qu’à recopier le contenu de chaque branche et rédiger les phrases qui véhiculent vos pensées.

Une fois le texte écrit en entier, il ne reste plus qu’à l’éditer pour le peaufiner et le rendre le plus facilement lisible possible.

Illustration

À simple titre d’illustration, imaginons que je décide de traiter le sujet de « l’importance du sport pour la créativité. »

Je commencerais par inscrire le sujet dans la bulle centrale, et noter tout ce que j’ai envie d’écrire et qui me passe par la tête…

  • C’est prouvé scientifiquement : le sport c’est bon pour le cerveau !
  • L’oxygénation
  • Rend de bonne humeur (sport = antidépresseur naturel)
  • Des idées me viennent souvent quand je cours.
  • Etc, etc.

Voilà mon mindmap :

mind map ; mindmap ; Mind ; mindmapping ; mapping

Ce sont les premières idées que m’évoquent le sujet en y réfléchissant quelques minutes. Mais rien qu’avec cela, il y a déjà matière à écrire un bon article de plusieurs centaines, voire milliers de mots, sur le sujet.

Conclusion

Si vous êtes amené à écrire souvent, je vous recommande vivement d’utiliser le MindMap.

Vous aurez à trouver un bon logiciel, apprendre à prendre des notes sur ce type de support et à retranscrire vos notes ; mais ensuite il deviendra beaucoup plus simple de préparer la rédaction de vos textes, comparé à la manière « traditionnelle » linéaire que nous connaissons. Ce sera aussi plus rapide et agréable.

Un autre bénéfice qui mérite d’être cité, c’est que le mindmap peut aussi être utilisé pour mémoriser des informations : le contenu d’un livre, d’un cours ou d’une formation, etc.

Une raison de plus pour s’en servir !

Chris