Dans moins d’une semaine s’ouvrent les élections présidentielles, et s’il y avait bien deux choses sur lesquelles je m’étais interdit d’écrire sur mon blog, c’était bien de la politique et de l’actualité !

  • La politique, parce que c’est un sujet conflictuel – un simple avis contraire avec un lecteur/client potentiel suffirait pour le perdre définitivement…
  • L’actualité, car les articles d’actu deviennent trop vite obsolètes. Pour une question de stratégie, je préfère investir mon temps à rédiger des articles « indémodables », qui auront encore de la valeur dans 10 ans pour la personne qui les lira.

Mais depuis un bon moment maintenant, j’ai pronostiqué une surprise qui m’a valu (surtout au début) les railleries de mes amis. Puis cette idée s’est renforcée aux vues de la tournure qu’a prise la campagne présidentielle. Je pense que Mélenchon va l’emporter – en tout cas, je suis convaincu qu’il a de grandes chances.

Je vais étaler mon raisonnement ci-dessous.

1. Il incarne le vote de gauche aujourd’hui.

Le dernier quinquennat (une erreur de casting), a définitivement « grillé » le Parti Socialiste – pour au moins une bonne décennie.

Le président sortant, qui soit dit en passant n’a pas été élu grâce à son programme ni à ses compétences, mais seulement parce que (1) les Français en avaient complètement ras-le-bol de Sarkozy, et (2) parce que son parti politique était le plus populaire après l’UMP (devenu Les Républicains).

Marre de Coca-Cola ? Prenons Pepsi !… C’est un peu ce qu’il s’est passé aux dernières élections.

À cause du mauvais bilan de Hollande, le nouveau candidat du PS – en l’occurrence Hamon, mais ça aurait pu être Montebourg ou n’importe qui – paie les pots cassés. Tout cela au bénéfice de Mélenchon qui va, certainement, récupérer une grosse partie des électeurs dits « de gauche » qui a été déçue par le PS.

2. L’affaire Fillon…

J’ai commencé à croire en Mélenchon au début de « l’affaire Fillon ».

Historiquement, les Français ont tendance à alterner entre les deux principaux clans politiques : un coup à droite, un coup à gauche. Comme je l’ai souligné plus haut, la logique de la plupart de nos concitoyens est binaire : marre de Coca !? Je prends Pepsi. Et vice versa. Mais j’ignore le reste.

Les Français ne voulant plus du PS, Fillon était logiquement destiné à devenir le futur président de la République… avant qu’il soit discrédité par toutes ses casseroles.

Le vote étant le plus souvent  un vote de popularité – la plupart des gens votent aux élections présidentielles comme ils votent à la Star Academy !… – difficile de croire qu’il ait encore une chance d’être l’homme politique préféré (ou le moins détesté) des Français, ou même le second.

3. Excellent orateur.

Un autre grand avantage de Mélenchon, c’est qu’il est un excellent orateur – bien au-dessus de ses concurrents directs. On a pu le constater lors des deux débats politiques télévisés.

Il s’exprime bien, dit des choses souvent justes et sensées, au point qu’il est assez difficile de ne pas être d’accord avec lui. Cela lui a, je pense, fait gagné beaucoup de points auprès des électeurs indécis.

4. Médiatisé.

C’est aussi l’un des hommes politiques les plus médiatisés (depuis des années déjà) et l’un des MIEUX médiatisés. Ce détail compte pour beaucoup !

  • Aucune casserole qui fait la Une du 20 heures ;
  • Pas de « mauvaise étiquète » (de xénophobe, de sexiste ou d’antisémite) ;
  • Invité à heures de grande écoute à la télé et la radio ;
  • Des documentaires plutôt élogieux sur lui.

En clair, il est favorisé dans les médias, par rapport à ses concurrents directs (hormis Macron peut-être).

5. Le « Tous contre Le Pen » au second tour.

Mélenchon pèse moins que Le Pen dans les urnes. C’est une certitude. Mais par rapport à Fillon, Macron, et tous les autres, c’est beaucoup moins sûr (je pense que les sondages surcotent le vote Macron).

À mon avis, il a tout à fait sa chance d’accéder au second tour. Si c’est le cas, on aurait un second tour Le Pen/Mélenchon.

Si ce face à face se produit, il y aura sans doute une mobilisation anti-FN, comme ce fut le cas en 2002. Tout le monde, à la télé, à la radio, sur les réseaux sociaux, appellerait à voter Jean-Luc Mélenchon. Il récupérerait les voies de gauche, de droite, du centre, peut-être même celles de quelques abstentionnistes du premier tour, et, dans ce cas, il l’emporterait.

***

Conclusion : je mettrais bien une pièce sur Mélenchon.

Mais, bien entendu, ce n’est qu’une spéculation et je peux avoir totalement tort. On verra ça le 23 avril !

Ce que je pense de Mélenchon ?

À titre personnel, je ne voterai pas Mélenchon. Du moins, pas au premier tour.

Certes, il fait des analyses avec lesquelles je suis globalement d’accord – sur la finance, les problèmes sociétaux, l’Union européenne, etc. – et ses interventions médiatiques sont convaincantes…

Mais c’est un roublard de la politique !… Un Politicien professionnel !… Il suffit de s’intéresser à son parcours pour s’en apercevoir. Il n’est pas différent des autres.  C’est bien connu, il y a toujours un gouffre entre ce que disent ces gens-là, et ce qu’ils font concrètement quand ils sont élus.

Mélenchon est, comme l’a bien résumé Asselineau dans un de ces derniers passages à la télé, possiblement un « Tsipras » à la française : du côté du peuple… mais pas trop !

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *