1.  C’est une excellente carte de visite.

Avoir un blog, sur lequel on peut exposer sa prose, ses connaissances, ses idées et ses réflexions, est une excellente carte de visite.

Pour un écrivain freelance, cela donne une image plus professionnelle.

Ses prospects apprécieront. Et son nom restera plus facilement ancré dans leurs esprits, pour le jour où, éventuellement, ils auront besoin d’un rédacteur.

Aujourd’hui, plus que jamais, ceux qui possèdent une plateforme dédiée (entièrement ou en partie) à leur activité apparaissent comme plus sérieux, plus professionnels, plus fiables, que leurs concurrents qui n’en ont pas.

En outre, on peut mettre une liste email où les clients potentiels pourront s’inscrire. C’est une autre possibilité efficace pour rester sous « leurs radars », et offrir une meilleure visibilité à ses compétences.

Ce n’est pas indispensable, mais c’est un GROS plus pour se démarquer, et justifier ses tarifs.

Pour un auteur, une plateforme est aussi une excellente carte de visite.

Il peut ainsi, à chaque occasion, donner son site internet à consulter.

De la même façon qu’un écrivain freelance, un auteur semblera plus compétent et professionnel avec un beau blog perso bien soigné.

2. Pour proposer ses services.

Votre plateforme peut aussi promouvoir différents services en lien avec son activité.

Avec le temps, des lecteurs viendront d’un peu partout, par les moteurs de recherches et les réseaux sociaux. Parmi eux, quelques-uns surement seront intéressés par (au moins) un service.

  • Pour déléguer l’écriture de leurs articles par exemple (du « gostrighiting » comme disent les Anglo-saxons), ou recruter un rédacteur web.
  • Pour apprendre l’écriture (d’articles ou de bouquins non-fictionnels), se lancer dans l’activité d’écrivain freelance, etc. – ils pourront être intéressés par des livres, des programmes ou des ateliers.

Hormis mes services de rédacteur, je ne propose rien pour le moment. Mais, lorsque mon trafic aura pris plus d’ampleur, et une partie suffisante de mon audience recherche ou apprécierait un service spécifique, alors j’étudierai la question.

3. Pour vendre ses bouquins.

La plupart des écrivains ne vendent pas plus de 500 exemplaires de chacun de leur bouquin, paraît-il.

C’est faible, et surtout insuffisant pour vivre de sa plume.

Cela dit, c’est assez logique si on y réfléchit. À moins d’être mis en avant par la grande distribution, dans les rayons de la Fnac, du Furet du Nord, de Carrefour et compagnie, sans blog tout le monde ignorera vos livres. Mis à part vos proches. Vous serez un auteur parfaitement anonyme !

Combien de personnes sont prêtes à acheter le livre d’un auteur anonyme ?

Pas plus de 500 ! Ça va de soi.

Et encore, c’est si vous avez un bon titre, et une bonne couverture !

Vous pouvez toujours espérer que votre entourage, et les quelques personnes qui vous liront, fassent votre publicité. Puis que, sait-on jamais, le bouche-à-oreille prenne.

Mais, la vente grâce au bouche-à-oreille est un effet boule de neige. Peu importe à quel point vous êtes doués, moins vous êtes lus, moins il y aura de gens pour parler de vous autour d’eux.

Cependant, avec votre propre plateforme vous pouvez attirer plusieurs centaines, voire milliers, de visiteurs chaque mois, et promouvoir votre (vos) livre(s) plus efficacement.

Si quelqu’un accroche au contenu de votre blog, à votre personnalité, et que vous proposez systématiquement un de vos livres dans vos articles, il finira très probablement par vous en commander au moins un. Ne serait-ce que par gratitude, pour ce que vous lui avez appris et apporté.

Si…

  1. Vous écrivez souvent ;
  2. Vous donnez du contenu de bonne qualité ;
  3.  Vous faites un effort pour rendre vos articles suffisamment « SEO-Friendy » et pour les partager sur les réseaux sociaux ;

…vous pourrez avoir, après quelques mois, une bonne centaine de lecteurs sur votre blog, sinon plus.

Une centaine de lecteurs, c’est quelques d’exemplaires supplémentaires vendus. C’est aussi quelques personnes en plus qui vous recommandent autour d’eux.

C’est déjà ça de gagner, et l’effet boule de neige peut prendre plus facilement.

Il y a un peu partout sur la toile, des blogueurs qui vendent un nombre impressionnant de PDF et de formations en ligne. Pourquoi n’arriveriez-vous pas à vendre vos bouquins d’une manière analogue à la leur ?

4.  Pour montrer son travail.

Les qualificatifs « rédacteur web », « écrivain freelance » ou « bloguer » ne parlent à personne, ou presque.

Les gens sont souvent circonspects quand on leur dit qu’on est écrivain freelance ou blogueur. Régulièrement, on est obligé de reformuler par « écrivain » seulement, et d’expliquer plus en détail en quoi notre métier consiste.

L’émergence d’internet a créé de nouveaux médias, et avec cela, de professions inédites qu’une bonne partie de la population ignore encore.

Youtubeur. Blogueur. Et, pour proposer un néologisme à notre belle langue française : e-écrivain (« e- » parce qu’il écrit exclusivement, ou presque, sur internet : il publie des articles de blog, de e-magazine, des ebooks.)

Bien que cela ne doive pas être le but premier de sa création, avoir un blog s’avère d’un grand soutien pour clarifier ce que l’on fait (je parle en connaissance de cause.)

Les gens comprennent mieux en le consultant. Et ça rassure la famille sur le caractère licite de notre profession. Ouf !

5. Pour partager.

Et le meilleur pour la fin. Bien sûr !

Au-delà même de toute contrepartie pécuniaire éventuelle, avoir une plateforme permet de partager.

La plupart des écrivains non fictionnels ont un désir irrésistible de partager leurs connaissances et leurs points de vue. Ils ont à cœur d’aider les autres, en leur donnant des conseils, et en les avertissant de certains dangers ou erreurs à éviter.

Moi-même, j’adore partager ce que je sais, ce que je pense, ce que je lis, et ce que j’expérimente. Pas seulement à travers mes écrits, mais aussi dans ma vie en général.

Sans doute le meilleur moyen pour le faire aujourd’hui, c’est de créer un blog perso.

Un blog, c’est une tribune. Et ce qu’il y a de bien avec, c’est qu’il ne s’agit jamais d’imposer sa vision du monde, ses croyances ou ses idées. On donne seulement ce que l’on pense, sait, expérimente, puis les gens disposent comme ils l’entendent des informations qu’on leur prodigue.

Ceux à qui cela plaît restent. Les autres s’en vont.

C’est, pour moi, une bonne façon de partager.

Des questions ? Des remarques ? Des suggestions ? Des sujets que vous aimeriez que je traite ? N’hésitez pas à me contacter pour m’en parler. Je vous invite aussi à me suivre sur Twitter et vous inscrire à ma liste email (vous trouverez le formulaire dans la colonne en haut à droit).

 -Chris Berman

Un commentaire fait toujours plaisir !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *