Après Google, Facebook est le site internet le plus visité au monde. C’est aussi l’un des plus chronophages. Depuis mon inscription, j’ai perdu un nombre considérable d’heures sur ce réseau social, le plus souvent pour des peccadilles (écrire des commentaires insipides, y répondre, poster des photos, etc.)

Tout ce temps à traîner sur Facebook ne m’a jamais été profitable, et n’a même finalement jamais été très divertissant – à titre personnel, je préfère un bon film ou une bonne série. Si, entre ma 23e et 27e année, j’avais passé autant de temps à lire d’excellents livres qu’à procrastiner dessus, je serais sans doute deux fois plus cultivé qu’aujourd’hui, et j’aurais deux fois plus d’informations intéressantes à partager dans mes articles. Mais enfin, vous savez ce qu’on dit des SI

Ne crachons pas dans la soupe, tout de même. Restons modérés. Facebook a aussi des avantages. Pour ma part, il m’a permis d’entrer en relation avec un certain nombre de blogueurs, écrivains, et personnes très intéressantes, que je n’aurais jamais rencontré sans lui.

Ce n’est pas tant le réseau social, finalement, qui est à mettre en cause. C’est aussi (surtout ?) notre manière de l’utiliser. Pour résumer, disons qu’il y a une bonne et une mauvaise manière d’utiliser Facebook. Une qui est très coûteuse en temps, et j’ajouterai même : en bien-être ; une autre qui peut nous permettre de partager, rester en contact, avoir une vie sociale et un réseau plus riche.

La mauvaise façon d’utiliser Facebook

Facebook, comme tous les autres réseaux sociaux, permet de se construire une sorte de célébrité en étalant sa vie privée en photo, et en la commentant.

C’est somme toute sympa de partager les photos de ses dernières vacances à Marrakech avec ses amis. Le problème c’est que sous les puits de Likes et de compliments qui en retournent, on peut facilement devenir dépendant d’une validation virtuelle, artificielle et éphémère, poussant à une « surenchère » progressive de son ostentation pour en obtenir à nouveau, comme un drogué qui augmente sa dose pour continuer à ressentir les effets de son crack.

La plupart des gens, et on peut le déplorer, utilisent Facebook pour construire et entretenir un petit fan-club qui regonfle leur ego souvent mis à l’épreuve dans la vie quotidienne. En recevant cette reconnaissance, ils se sentent appréciés, estimés, valorisés, au moins pour quelques heures.

Cela n’est peut-être pas une mauvaise chose en soi ; mais attention :

1. Cette validation n’est pas réelle !

Les deux tiers des gens qui « Likes » ne nous apprécient pas vraiment…

Parfois ils veulent juste avoir des likes et de la validation en retour, ou nous enjôler pour une raison X ou Y.

Quand je regarde de près les Likes et commentaires de mes vieilles photos de profils, je m’aperçois que :

  • Presque un tiers d’entre eux vient de personnes que je n’ai même plus dans mes contacts ! Pour quelle raison n’y sont-ils plus, d’ailleurs ? Je me le demande.
  • Un autre bon tiers vient de contacts à qui je n’ai pas adressé la parole depuis perpète !
  • Le dernier tiers représente mes amis proches, ma famille, quelques bons anciens camarades de classes, collègues ou autres, avec qui j’ai gardé un lien assez fort.

Mon cas n’est peut-être pas tout à fait représentatif de la généralité, mais, à mon humble avis, ça montre quand même à quel point tous ces Likes, compliments, et commentaires, ne représentent pas grand-chose.

2. Cette validation est néanmoins hyper addictive !

Elle est addictive, notamment chez les individus qui en reçoivent peu dans leur vie de tous les jours.

Après tout, nous sommes humains. Nous avons TOUS besoin d’amour et d’attention, qu’on en ait conscience ou non. Ceux qui ont des difficultés à en recevoir suffisamment dans leur quotidien ont tendance à en chercher dans le monde virtuel – sur Facebook en particulier (très propice pour cela), mais aussi sur d’autres réseaux sociaux et les sites de rencontres.

Malheureusement, c’est un cercle vicieux.

Plus on recherche la validation sur ces plateformes virtuelles, plus on investit un temps considérable à embellir son image dessus, à donner une perception onirique de son style de vie, au lieu d’améliorer sa VRAIE vie.

On finit par creuser un fossé entre celle qu’on expose sur le net, et celle qu’on expérimente journellement.

Ne cherchez pas la reconnaissance sur Facebook

Il y a un tas de moyens de ressentir qu’on est une personne avec beaucoup de valeurs et de qualités. Il n’y a même pas besoin d’aller chercher la preuve chez les autres. Il suffit de se mettre devant un miroir et de se glisser quelques compliments ! On se sent tout de suite mieux.

Du narcissisme dites-vous ? Oui, et alors ? C’est du narcissisme positif ! C’est bon pour le moral, et après tout, se suffire, être sa propre source de reconnaissance, est la meilleure voie : celle de l’indépendance.

Vous pouvez aussi passer plus de temps avec les gens qui vous apprécient déjà (sans avoir à faire d’effort) : les membres de votre famille, vos amis très proches.

Exceller dans un domaine, ou faire des activités qui suscitent le respect et l’admiration d’autrui peut être une autre façon d’en recevoir – bien que la reconnaissance ne soit pas l’objectif poursuivi.

En bref, on peut très bien entretenir une bonne estime de soi et avoir sa dose de reconnaissance sans Facebook !

Utiliser Facebook comme « outil » pour obtenir l’approbation des autres est une mauvaise idée, qui peut être assez néfaste en vérité.

La plupart des gens ne sont pas honnêtes sur Facebook, ils affichent le bon côté de leur vie et cachent le mauvais.

  • Ils montrent des photos d’eux en train de s’amuser en soirée, mais pas celles où ils vomissent et ont la gueule de bois (sauf s’ils pensent que ça les valorise…)
  • Ils montrent leurs photos de vacances, celles où ils sont au restaurant avec leur groupe d’amis, etc., mais pas celles de leurs journées difficiles au boulot, ni celles où ils s’ennuient chez eux, ni celles où ils crient sur leurs gosses.

Ce n’est pas leur vie qu’ils exposent, c’en est un certain aspect – pour plaire à leurs « amis ».

Un double effet négatif

Ils n’en sont pas forcément conscients, mais ils le font néanmoins.

Et ce manque d’authenticité a deux effets négatifs :

  • Quand ils regardent les profils des autres (qui « trichent » comme eux), ils ont l’impression que tout le monde a la belle vie autour d’eux, que tout le monde est heureux, sort, s’amuse, voyage.

On peut trouver une pléthore d’études qui concluent que l’utilisation des réseaux sociaux accentue les risques de dépression ; parce que, évidemment, quand l’on voit tout le monde  donner l’impression d’avoir une vie 100 fois meilleure à la sienne, ça renforce son malaise. Même si, en réalité, elle n’est pas meilleure.

  • Ils sont comme des vendeurs de foires qui vantent les mérites de leur produit en attirant l’attention des chalands sur ses qualités, tout en sachant qu’au fond celui-ci est (beaucoup) moins bien qu’ils le laissent entendre.

Cela donne une sensation désagréable, comme un manque d’authenticité, de congruence.

Comment ne pas avoir l’impression d’être un « fake » quand on passe autant de temps à mettre une vie imaginaire en exergue, alors qu’on sait qu’elle est beaucoup moins bien en réalité.

En braquant les projecteurs sur les bons côtés, on braque notre esprit sur les mauvais !

Et cela n’a absolument rien d’épanouissant.

Plus de temps sur Facebook = Moins pour améliorer sa VRAIE vie

Facebook est comme la télévision : son usage a un coût en temps. Du temps que vous auriez pu investir ailleurs : dans la lecture, ou avec vos vrais amis ou les gens qui vous apprécient vraiment, ou toute sorte d’activité profitable.

Une journée ne durant que 24 heures, moins les 8 heures de sommeil, moins les 2 à 3 heures (minimum) nécessaires aux divers besoins quotidiens et à son hygiène personnelle, moins les heures de travail, et – pour les parents – moins les heures à s’occuper de ses enfants. Votre temps est (très) limité. Traîner tel un zombie sur Facebook – comme le font beaucoup de gens aujourd’hui – n’est pas la gestion la plus intelligente qu’on puisse en faire.

Surtout que sa qualité de vie est régie, comme toute chose,  par le principe de l’entropie.

Qu’est-ce que c’est ?

Je le résumerais ainsi :

Tout est fait pour s’améliorer OU régresser ; rien ne reste jamais constant.

  • Un culturiste va perdre de la masse musculaire dès l’instant où il va cesser de s’entraîner.
  • Quelqu’un qui cache 100 euros sous son matelas va, après un an, perdre du pouvoir d’achat ; parce qu’avec l’inflation, la valeur réelle de la somme va diminuer.
  • Un blogueur pro, qui met de côté son blog, va peu à peu perdre de l’audience et du chiffre d’affaires.
  • Etc., etc.

C’est le même principe pour sa qualité de vie. Si vous ne faites jamais rien, au présent, pour l’améliorer dans le futur, votre bien-être a beaucoup de chance de se détériorer au fil du temps !

Et, en passant plusieurs heures par jour sur Facebook, vous en prenez directement le chemin. On récolte ce que l’on sème.

D’autant plus qu’au lieu de perdre du temps dessus oisivement, poursuivre et atteindre ses objectifs, sortir de sa zone de confort, accomplir des changements – même les plus petits – procure du bien-être immédiat : un sentiment de satisfaction et un gain d’estime de soi-même.

On prend souvent plaisir, au moment présent, à améliorer sa vie future.

En conclusion

Facebook (ou n’importe quel autre réseau social) n’est pas mauvais en soi. Mais il faut faire attention à la manière dont on l’utilise.

C’est comme avoir un couteau en main : cela peut servir. Avec, on peut couper sa viande, ou un objet. Mais cela peut aussi blesser gravement.

Assurez-vous de vous en servir pour les bonnes raisons, et jamais pour les mauvaises.

  • N’utilisez pas Facebook pour rechercher la reconnaissance des autres, pour vous draper de vos dernières vacances, de votre apparence physique, ou de quoi que ce soit.
  • Perdez le moins de temps possible à traîner dessus sans aucun but précis.

Au lieu de cela, utilisez Facebook (ou autre) pour :

  • Rester en contact avec votre famille et les amis qui comptent vraiment (et pour qui vous comptez) ;
  • Participer à des groupes de discussion intéressants, ou en créer ;
  • Promouvoir votre marque, votre blog, vos articles ;
  • Développer votre réseau professionnel ;
  • Partager des informations utiles.

Et, bien sûr, si vous avez apprécié cet article, vous pouvez vous abonner à mon compte Twitter (tout nouveau) pour être alerté de mes nouveaux articles. Ça, c’est un exemple d’usage intelligent d’un réseau social !

-Chris Berman

4 Commentais

  1. Romain Demeyer 14 mars 2017 at 17 h 51 min

    Article très intéressant et révélateur, je n’avais pas vraiment réfléchi à tout ça jusqu’à maintenant mais il est vrai que je me suis déjà senti frustré après m’être connecté sur Facebook en voyant la vie « parfaite » que certains semblent avoir. D’accord aussi pour dire que la lecture est une très grosse source de satisfaction dans la vie.

    Reply
    1. Chris Berman - Site Author 19 mars 2017 at 0 h 21 min

      Merci Romain, pour ton témoignage. 🙂

      Reply
  2. Ritha 30 mars 2017 at 21 h 26 min

    Article très intéressant!

    Reply
    1. Chris Berman - Site Author 4 avril 2017 at 19 h 17 min

      Merci Ritha 😉

      Reply

Un commentaire fait toujours plaisir !

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *