En pratiquant un art martial, vous n’apprenez pas seulement à vous battre – à vous servir de vos pieds et vos poids pour écraser le pif de votre adversaire. Non. Vous apprenez d’abord à respecter vos rivaux, à maîtriser vos émotions (la peur, la colère, etc.) et bien d’autres choses encore.

L’art martial n’est, tout compte fait, qu’un canal permettant d’assimiler des leçons de vie et des qualités. Se battre n’est pas ce qu’il enseigne de mieux ; et, quelque part, c’est secondaire. Sinon, aucun parent (bien intentionné) n’inscrirait son gosse au karaté.

Quel rapport avec l’écriture, me direz-vous ?

Eh bien, le même principe s’y applique !

L’écriture à une fonction principale : communiquer. On écrit pour transmettre ses idées, ses pensées, ses connaissances. Mais, par la pratique, on n’améliore pas seulement son aptitude à bien communiquer par écrit. On s’améliore soi-même. On développe des qualités. Ecrire nous rend meilleurs.

Oui, vous allez bien lu. MEILLEUR.

Bien sûr, il ne s’agit pas d’écrire quelque fatras insipide sur les réseaux sociaux… on parle d’écrire sérieusement, en respectant à minima les règles de grammaire et d’orthographe – pas d’écriture sms.

Il y a une pléthore de qualités que vous pouvez développer en écrivant. Comme des muscles, plus vous vous exercez, plus celles-ci deviennent visibles. Et elles peuvent vous servir dans tous les autres domaines de votre vie.

J’ignore si des études ont déjà été faites à ce sujet…

Quoi qu’il en soi, je préfère relater mon expérience personnelle.

Voilà 5 qualités (parmi d’autres) qu’une pratique régulière de l’écriture m’a apportée, et peux vous apporter.

1) Une meilleure concentration.

Écrire nécessite d’accorder toute son attention à ses pensées, et à la manière de les matérialiser le plus adroitement possible par écrit.

Chaque session (ou presque) vous plonge dans un état profond de concentration, où les idées et les façons de les exprimer viennent plus facilement.

Plus vous pratiquez, plus vite vous vous immergez dans cet état, et êtes capable d’y rester longtemps.

Cela vous aide non seulement à mieux écrire, mais aussi à accomplir d’autres tâches intellectuelles – pour lesquelles vous devez penser, réfléchir, trouver des idées ou des solutions.

2) L’autodiscipline.

Écrire demande une volonté de fer !

J’ai fait pas mal de petits jobs quand j’étais étudiant. Certains étaient difficiles. J’ai fait de la plonge dans un restau universitaire, de la manutention d’objets lourds. Je rentrais chez moi exténué en fin de journée, et je me réveillais avec des courbatures le lendemain.

Mais, de tous, le travail qui demande le plus de volonté, c’est celui d’écrire.

Je n’exagère pas. Écrire est une activité solitaire. On est livré à soi-même, et cela demande de rester enfermé dans une pièce, parfois durant de nombreuses heures, pour se forcer à rédiger, avec ou sans inspiration, un texte au moins intelligible.

Et surtout : NE PAS SE LAISSER DISTRAIRE !

Dès lors qu’on commence à procrastiner, c’est fichu.

Évidemment, il ne s’agit pas du pire gagne-pain que je n’ai jamais eu. Bien au contraire. Pour une personne comme moi (INFJ) c’est le boulot idoine.

Mais, croyez-moi, cela demande parfois de faire appel à beaucoup de volonté.  Coucher deux-mille mots sur le papier peut-être plus pénible que de monter un meuble de 50 kilos seul sur 5 étages.

Les gens qui prennent l’écriture au sérieux et se forcent à écrire apprennent l’autodiscipline.

L’autodiscipline, qui n’est autre que la capacité à faire quelque chose même quand l’on ne ressent pas l’envie de la faire.

3) La créativité.

Ecrire est une activité créative.

Comme pour le dessin, la musique, ou n’importe quel type d’activité artistique, vous développez votre créativité en écrivant !

4) La connaissance.

Quand vous écrivez, vous apprenez aussi !

En fait, c’est même l’une des meilleures manières d’apprendre.

Lire une seule fois une information est rarement suffisant pour la retenir. Pour mémoriser, il est préférable d’écrire (mémoire procédurale), ou mieux encore : écrire pour enseigner aux autres !

Ré-enseigner ce que l’on apprend est une excellente manière de les assimiler. Et, quand vous écrivez, surtout pour d’autres personnes, vous vous relisez plusieurs fois – les phases d’édition et de correction étant toutes aussi importantes (sinon plus) que le premier jet.

La première mouture n’est qu’un brouillon. Elle a un tas de défauts dont vous ne vous rendrez compte qu’en relisant. Elle reste importante, car c’est la base sur laquelle vous allez vous appuyer pour peaufiner la version final – c’est le diamant brut tout juste extrait de la roche que l’on va polir. Mais le gros du travail se fait lors de l’édition.

Cela implique de se relire plusieurs fois. Souvent 2 ou 3 fois. Parfois 5 ou 6 fois, pour les plus consciencieux.

Vous pouvez être sûr qu’une fois votre texte prêt, après l’avoir écrit et relu, vous connaitrez par cœur son contenu !

5) Une meilleure expression orale.

À la base, je ne suis pas un bon orateur. J’irais même jusqu’à dire qu’il y a quelques années encore je m’exprimais assez mal.

À force d’écrire (et de lire) mes structures de phrases parlées se sont améliorées, ainsi que mon vocabulaire. Si bien que beaucoup des gens que je rencontre me complimentent sur ma façon de m’exprimer.

Conclusion

Beaucoup d’autres qualités peuvent être développées par l’écriture. Les résultats varient selon les individus, et, sans doute le genre que l’on écrit (fiction/non-fiction.)

L’idée à retenir, c’est que consacrer un peu de temps à cet exercice, même dans un but purement réactif – comme on irait courir une heure ou deux le dimanche matin, – à de nombreux bienfaits.

Écrire, pour certaines personnes, peut même être une thérapie ! Une manière d’extérioriser ses ressentis, plutôt que de les somatiser.

Si tel n’est pas encore le cas, vous devrirez vous mettre à écrire. D’abord pour vous-même, élargir vos connaissances, le plaisir de partager, travailler sa créativité, etc., etc. Et, pourquoi pas ensuite, pour générer un peu de profit et lier l’utile à l’agréable – en vous autoéditant, en lançant un blog, ou en écrivant sur textbroker, whatever.

Aujourd’hui, peu de gens savent écrire correctement. C’est une compétence en voie de disparition, qui pourtant est de plus en plus appréciée sur le net, par les internautes et les web-entreprises.

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *