Les bienfaits de la générosité

Il y a deux types de générosité.

  • Il y a la générosité intéressée (qui n’en est pas vraiment) : c’est quand l’on donne en espérant quelque chose en retour. De la reconnaissance, un service, du sexe, une compensation financière, etc.
  • Il y a la générosité désintéressée : quand l’on donne gratuitement, sans attendre de contrepartie.

La majorité les gens sont, je pense, généreux par intérêt.

Ils perçoivent la générosité comme une sorte de « transaction » ; un prix à payer pour que les autres les aient à la bonne.

Seulement voilà tout le paradoxe : apprendre la VRAIE générosité, donner gratuitement, sortir de cette logique de retour sur investissement… est dans l’intérêt de chacun !

C’est seulement lorsqu’on commence à donner sans attendre en retour que l’on peut recevoir.

Une leçon de vie à 2 euros

J’ai réalisé à quel point la générosité pouvait être profitable il y a quelque temps.

Je me baladais seul dans Paris, totalement hagard, quand une femme d’une quarantaine d’années m’a arraché à mes pensées pour me demander un brin de monnaie.

J’ignore si c’est moi qui n’ai pas écouté la suite, ou si c’est elle qui n’a pas cru utile de préciser la raison. Quoi qu’il en soit, ça paraissait évident ; elle était loqueteuse, échevelée, son indigence sautait aux yeux.

Un peu par réflexe, et aussi parce que je le pensais, j’ai répondu que je n’avais rien sur moi. Puis j’ai repris ma marche en lui souhaitant bon courage.

Une vingtaine de mètres plus loin, j’ai mis les mains dans les poches. Mes doigts ont senti quelque chose dans celle de gauche…

J’ai pris l’objet non-identifié, ouvert la main et vu une pièce de 2 euros dans ma paume.

bienfaits de la générosité être généreux donner don Ma première réaction fut de continuer ma route.

Mais j’ai repensé à cette femme juste derrière moi, à ce que je lui avais dit : – « je n’ai rien sur moi. »

J’ai fini par faire demi-tour pour lui donner ma pièce.

En arrivant vers elle, je la lui ai tendue en lui disant : « Tenez ! Finalement j’avais une pièce dans ma poche. »

Elle m’a répondu d’un « Merci » qui venait tout autant de sa voix que de son regard, et que j’ai senti arrivé du fond du cœur.

Je suis reparti en me sentant heureux, comme si mon âme s’était nourrie de cette réponse.

Qu’est-ce que cela m’a apporté ?

Matériellement, rien du tout.

Mais émotionnellement, beaucoup.

  • Tout d’abord, je me suis senti joyeux et fier.

Ce n’était pas grand-chose, certes. Pas de quoi s’en gargariser toute une vie.

Néanmoins, j’ai été heureux d’avoir fait plaisir à cette personne, et fier d’avoir accompli une bonne action.

  • Puis, j’ai éprouvé un sentiment difficilement dicible de contentement.

Avec les dizaines de milliers de messages publicitaires qui nous répètent chaque jour que nous n’avons pas assez, qu’il nous faut ceci ou cela, personne ne semble se satisfaire de ce qu’il a déjà.

Malgré tout, si l’on est capable de donner sans que notre générosité ne nous pénalise, n’est-ce pas parce que nous avons suffisamment !?

On ne va pas mourir de faim, ni devoir se priver et serrer la ceinture parce qu’on a donné une pièce à quelqu’un…

Quelque part, ça signifie que cet argent est en extra. Nous n’avons pas besoin de plus pour commencer à nous sentir comblés !

Cet acte de générosité m’a rappelé ceci : j’ai déjà assez pour être heureux.

Les bienfaits d’être (vraiment) généreux

La générosité est une vertu admirable, c’est le mouvement d’une âme véritablement nobleCharles de Saint-Évremond

Le problème avec la générosité intéressée, c’est que notre espoir de récompenses nous aveugle trop pour percevoir les VRAIS bénéfices de nos bonnes actions !

Tant que notre esprit est occupé à faire ses calculs – la reconnaissance qu’on pourra en tirer, les services pour pourra nous rendre, la contrepartie financière qu’on pourra y gagner, –  il ne peut s’ouvrir pour recevoir les bienfaits émotionnels de la générosité.

Car la générosité, la vraie, nourrit l’âme :

  • Elle nous fait nous sentir heureux POUR l’autre personne ;
  • Elle nous fait nous sentir fier d’avoir cette vertu, de faire de bonnes actions, et accroît notre estime pour nous-mêmes ;
  • Elle nous fait éprouver un meilleur sentiment de satisfaction et de bien-être ;
  • Elle construit aussi des relations plus saines, plus sincères, plus épanouissantes avec autrui.

Et bien entendu : elle profite aux autres !

Toutes ces choses, nous les recevons quand nous nous détachons du calcul, de la recherche de bénéfices, et que nous donnons (enfin) par altruiste, uniquement pour aider ou faire plaisir.

C’est sans doute parce que, dans notre for intérieur et celui des autres, nous savons POURQUOI nous sommes généreux. Nous savons si la raison est noble ou ne l’est pas.

Les bienfaits de notre générosité sont proportionnels à la noblesse de notre intention.

Plus notre générosité est pure (désintéressée), plus elle nous apporte en retour.

Pourquoi nous ne sommes pas généreux ? 

consumérisme besoin de plus insatisfaction égoïsme bienfaits de la générosité être généreuxJ’ai la conviction que le manque de générosité dont font preuve beaucoup des individus aujourd’hui est principalement le fruit d’un mauvais état d’esprit.

Si la plupart des gens sont piégés dans une vision trop matérialiste du bonheur.

Ils pensent que plus ils possèdent, plus ils s’en rapprochent !

Cet état d’esprit les emprisonne dans une quête du plus :

  • Plus d’argent ;
  • Plus de biens ;
  • Plus de pouvoir ;
  • Une plus grosse voiture ;
  • Une plus grosse maison ;
  • Etc, etc.

Ils espèrent que cela les rendra heureux.

Mais ça n’arrive jamais, car la quête du plus est sans fin.

Ce besoin de plus, parce qu’il s’accompagne toujours du sentiment de pas assez, exacerbe l’égoïsme et l’individualisme.

Ces ressentis sont inséparables, comme les deux faces d’une même pièce.

Nous voulons plus, nous ressentons que nous n’avons pas assez, et nous entretenons nous-mêmes notre insatisfaction.

Comment apprécier donner gratuitement, quand on a le sentiment de ne pas avoir assez pour nous-mêmes ?

Comment ne rien espérer en retour, quand on est dans une quête obsessionnelle du plus ?

On ne peut pas.

Pour être généreux, il faut d’abord s’émanciper de ce besoin du plus.

Sortir de l’égoïsme : oser la générosité !

Cet état d’esprit ne nous amènera jamais nulle part, si ce n’est à :

  • Dépenser beaucoup de temps et d’énergie à acquérir plus de choses qui ne rendent pas plus heureux ;
  • Vivre dans le sentiment et la peur de manquer ;
  • Être envieux et jaloux de ceux qui ont plus que nous ;
  • Avoir peur que les autres nous prennent ce que nous avons (notre boulot, nos biens, etc.) ;

Une étape importante pour son bien-être consiste à changer cet état d’esprit pour sortir du besoin de plus.

Cela commence par réaliser que les possessions ne font pas le bonheur.

Dieu merci, l’homme n’a pas attendu la voiture, le smartphone, l’écran géant et les antidépresseurs pour se sentir heureux…

Evidemment, je suis d’accord pour dire que manquer d’argent peut nuire à notre bien-être…

Mais dans un monde qui compte environ 6 milliards de personnes vivent en dessous de 12 000 euros par an, pouvons-nous vraiment nous plaindre de manquer d’argent ?

(Réponse : Non… sauf si nous ressentons le besoin de plus/sentiment de pas assez.)

Ensuite, la gratitude aide aussi.

Elle nous permet d’accorder plus de valeur aux choses qu’on possède, et avoir davantage conscience que nous détenons un tas d’autres richesses : la santé, la famille, l’amitié, etc.

Enfin, je crois très fort aux bienfaits de la générosité.

Pratiquer la générosité aide à devenir plus généreux et plus heureux !

Quand on donne, on prend aussi conscience qu’on a déjà assez. Cela nous sort de cette poursuite incessante du plus.

Mieux encore, nous réalisons qu’être généreux peut NOUS rendre plus heureux :

  • Nous ressentons du plaisir à donner ;
  • Nous prenons conscience de la noblesse qui sommeille en nous, et cela augmente notre estime de nous-mêmes.

Bien sûr, il ne s’agit pas de donner tout ce que l’on a. Ni de négliger ses propres plaisirs et ses besoins.

Penser à soi, se faire plaisir, n’est pas le problème…

Le problème, c’est de ne pas avoir conscience que :

  • La vie est un partage. On a tous besoin d’autrui pour vivre d’une manière ou d’une autre ; personne ne vit en parfaite autarcie.
  • Le bonheur des autres fait (aussi) notre bonheur – et vice-versa.

Tous comme les roses ne peuvent pousser dans les déserts arides, notre bien-être ne peut s’épanouir dans un environnement dépourvu de bienveillance et d’amour.

Nous avons besoin de gens aimants et altruistes autour de nous pour nous épanouir.

À faire !

Faites preuve d’une VRAIE générosité cette semaine.

Donnez à quelqu’un qui vous le demande !

N’importe quoi : du temps, de l’argent, un peu de reconnaissance et de sympathie…

Voyez ce que cela vous procure comme sensation !

Vous pourriez être surpris de réaliser que cela vous fait beaucoup de bien, et vous rappelle que vous avez ASSEZ aujourd’hui, pour être heureux.

Si vous écrivez (tenez un blog par exemple) : donnez ce que vous savez sans chercher à faire aucune économie !

N’essayez pas à garder vos meilleurs conseils pour les vendre plus tard.

Donnez ce que vous pouvez donner de mieux, de bon cœur, pour aider vos lecteurs.

Vous verrez que la plupart des gens vous en seront reconnaissants.

«Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir !»

Jésus christ

2 Comments

  1. Ritha 1 avril 2017 at 23 h 11 min

    Quelle belle fin! Il y a plus de bonheur à DONNER qu’à recevoir…c’est ce passage qui m’est venu à l’esprit à la lecture du début de l’article… et que je pensais mettre en commentaire.

    Très bon article!

    Reply
  2. Pingback: Trois astuces pour réussir dans sa vie et avoir du succès dans ses affaires - Astuces

Leave A Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *